Propos haineux sur Internet: Christiane Taubira veut "mener une lutte sans merci"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Propos haineux sur Internet: Christiane Taubira veut "mener une lutte sans merci"

Publié le 23/02/2015 à 09:52 - Mise à jour le 24/02/2015 à 07:40
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

En parallèle des moyens déployés pour lutter contre la propagande terroriste sur Internet, la ministre de la Justice Christiane Taubira veut renforcer l'arsenal juridique pour combattre le racisme et l'antisémitisme en ligne.

Il s'agit de lutter contre les dérives d'Internet. La ministre de la Justice Christiane Taubira veut renforcer l'arsenal juridique visant à lutter contre le racisme et l'antisémitisme en ligne, a-t-elle annoncé lors de son discours de clôture des premières Assises de la lutte contre la haine sur Internet organisées par l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), dimanche 22.

"Il y a en ce moment un processus de travail qui se fait dans le cadre de la préparation du projet de loi sur le numérique et c'est dans ce cadre là que nous allons trouver les instruments les plus adaptés" à la lutte contre ces dérives, a révélé la garde des Sceaux. L'objectif: que "les infractions reconnues dans l'espace public (le soient) également dans l'espace Internet", a-t-elle clamé, tout en admettant la "difficulté" de "trouver les réponses les plus adaptées".

Régulièrement accusé de "laxisme" par l'opposition, Christiane Taubira s'est par ailleurs dite "décidée à mener une lutte sans merci contre le racisme et l'antisémitisme" en ligne. Un combat déjà entamé par l'exécutif a rappelé la ministre en résumant les principales mesures déjà annoncées, notamment après les attentats de janvier, pour lutter contre la propagande terroriste sur Internet. Au premier desquelles la possibilité dont disposent désormais les autorités de bloquer les sites djihadistes, ou mais aussi pédopornographiques, en demandant directement aux fournisseurs d'accès de les bloquer.

Si cette disposition, portée par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, visait surtout à lutter contre la radicalisation djihadiste sur le Web, la ministre de la Justice entend donc bien la compléter en s'attaquant également au racisme et à l'antisémitisme.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Les infractions reconnues dans l'espace public doivent pouvoir l'être également dans l'espace Internet", a martelé Christiane Taubira.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-