Islam et radicalisation: Bernard Cazeneuve appelle les responsables religieux à assumer leur rôle

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Islam et radicalisation: Bernard Cazeneuve appelle les responsables religieux à assumer leur rôle

Publié le 12/12/2016 à 12:51 - Mise à jour à 12:57
©Xavier Leoty/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La troisième réunion de "l'instance de dialogue avec l'islam de France" a été ouverte ce lundi par Bernard Cazeneuve. Le Premier ministre a notamment rappelé le "devoir de lucidité" face aux discours radicaux, jugeant qu'"il n'y a pas de salafisme anodin".

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a estimé ce lundi 12 qu'il n'y avait "pas de fondamentalisme pacifique", "pas de salafisme anodin", appelant les responsables musulmans à assumer leur "rôle éminent" dans la prévention de la radicalisation.

"Nous avons (...) un devoir de lucidité: il existe dans certaines mosquées, comme sur certains sites internet se réclamant de l'islam, un discours qu'il faut qualifier pour ce qu'il est, un discours sectaire, un discours d'enfermement communautariste, un discours d'intimidation qui peut à juste titre inquiéter les Français", a déclaré le chef du gouvernement en ouvrant, place Beauvau, la troisième réunion de "l'instance de dialogue avec l'islam de France".

"Ce discours sectaire (...) fait beaucoup de mal à l'islam républicain et paisible que plusieurs millions de nos concitoyens pratiquent, en tentant de faire croire aux autres Français qu'il représente la réalité de votre religion. Or l'islam, dans la République, ce n'est pas une revendication politique, il ne peut pas être un instrument de lutte contre la République", a poursuivi l'ex-ministre de l'Intérieur.

Selon Bernard Cazeneuve, "il n'y a pas, il n'y a jamais de fondamentalisme pacifique; il n'y a pas de salafisme anodin; il n'y a pas d'intégrisme modéré". "Dès qu'on professe le rejet de la République, on prépare les esprits à ce qui vient immédiatement ensuite: l'apologie de la violence et de la haine".

Le Premier ministre a assuré que son équipe, installée la semaine dernière, serait "implacable, implacable comme l'ont été les gouvernements de (ses) prédécesseurs lorsque, confronté aux prédicateurs de haine et aux groupements intégristes, il faudra rappeler chacun aux valeurs de la République".

"A chaque fois qu'il y aura une menace avérée contre l'ordre et la sécurité publics, les associations seront dissoutes et les lieux de culte - je le dis clairement - seront fermés", a-t-il poursuivi.

Au moins une vingtaine de mosquées et salles de prière ont été fermées depuis le déclenchement de l'état d'urgence au soir des attentats du 13 novembre 2015, a-t-il précisé. Mais "ce sont les responsables religieux de l'islam de France qui sont les mieux armés pour alerter les fidèles, et notamment les jeunes, pour les mettre en garde lorsque des mosquées deviennent des lieux où l'on propage la haine contre la République", a-t-il insisté en soulignant leur "rôle éminent dans la prévention de la radicalisation".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"A chaque fois qu'il y aura une menace avérée contre l'ordre et la sécurité publics, les associations seront dissoutes et les lieux de culte (...) fermés", a prévenu Bernard Cazeneuve.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-