Jean-Christophe Cambadélis: "Je serai candidat au congrès du PS en 2015"

Auteur(s)
PP
Publié le 14 novembre 2014 - 09:45
Image
Jean-Christophe Cambadélis.
Crédits
©Capture d'écran Europe1
Jean-Christophe Cambadélis était l'invité d'Europe-1 vendredi matin.
©Capture d'écran Europe1
Le premier secrétaire du Parti socialiste était l'invité d'Europe-1 ce vendredi matin. Il s'est notamment déclaré candidat à sa succession lors du prochain congrès du PS, en juin 2015.

Les lycéens dans la rue

"Il y a une radicalisation dans la société. Elle prend pour le moment la forme électorale, pas celle de la rue. On voit bien que certains veulent en découdre et qu'ils font du tourisme de la violence, mais ce n'est pas le gros des manifestants. Il faut dialoguer et prendre des mesures de précaution, qu'a d'ailleurs détaillées M. Cazeneuve. On met également en garde nos partenaires contre les casseurs".

 

La mort de Rémi Fraisse

"Rémi Fraisse est mort dans des conditions dramatiques qui ont bouleversé la jeunesse et les Verts mais aujourd'hui on cherche à instrumentaliser contre le ministre de l'intérieur. A chaque fois certains demandent la démission, c'est une manière d'afficher leur hostilité vis-à-vis des socialistes. Cazeneuve n'a pas caché, n'a pas camouflé, nous le soutenons et il n'y a pas lieu qu'il démissionne".

 

Le Medef projette de descendre dans la rue

"La radicalisation du Medef n'est pas de bon aloi. Que fait M. Gattaz pour la croissance? Où sont les pressions sur le patronat européen pour la croissance? Le patronat français ne veut pas prendre sa part du fardeau".

 

Les chiffres de la croissance (0,3% au troisième trimestre)

"Nous devons nous féliciter d'être en meilleure situation que nos amis allemands, par exemple. Nous sommes, en Europe, dans une phase de déflation, sans croissance, il y a une faible inflation et la chute des prix. Cela nécessite que l'Europe réagisse".

 

La livraison des Mistral à la Russie

"M. Poutine veut fixer des ultimatums à la France, ce n'est pas comme cela que cela marche: la France décide de ce qu'elle fait. (…) S'il y a la paix en Ukraine, il faut voir".

 

Le Congrès PS fixé le 5 juin 2015

"Il ne faut pas de changement de nom du Parti socialiste, mais le rendre utile pour réussir la fin du quinquennat. Le PS est un parti solidaire mais autonome, pas godillot. Je serai candidat à ma succession".

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don