Jean-Jacques Urvoas sur le financement de la Justice: "Il faut qu'on m'aide"

Jean-Jacques Urvoas sur le financement de la Justice: "Il faut qu'on m'aide"

Publié le 31/03/2016 à 08:15 - Mise à jour à 08:30
©Wikipédia/Creative Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Invité ce jeudi matin de France Inter, le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas est revenu sur l'abandon de la révision constitutionnelle, affirmant qu'il continuerait à défendre ses réformes à lui, notamment celle de l'indépendance des juges et de la Justice des mineurs. Il s'est également exprimé sur l'état financier, catastrophique selon lui, des tribunaux français.

L'abandon de la réforme de la Constitution: la presse parle de "Waterloo politique", que dites-vous?

"Respect de la Constitution".

"On a oublié que le texte de l'Assemblée nationale avait rassemblé la gauche et la droite".

"Il n'y a  pas la droite et la gauche dans cette affaire, il y a l'Assemblée nationale et le Sénat. Il fallait dépasser les postures et chercher un rassemblement".

"Il faut continuer à agir contre le terrorisme".

"Moi je dois faire en sorte que les juges puissent avoir les moyens de travailler".

 

Christiane Taubira s'est félicitée de la fermeture d'une "douloureuse parenthèse"

"Je n'ai pas été nommé pour commenter mais pour agir".

 

François Hollande a décidé de clore le débat. Est ce que ça veut dire que la réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature part avec l'eau du bain?

"Comme garde des Sceaux j'ai la possibilité de nommer qui je veux comme procureur-je ne le fais évidemment pas-,il faut arrêter cela.

"Mardi prochain je défendrai un texte qui a déjà été voulu par la droite (...) je les appellerai à voter l'indépendance de la justice. Je pense que je vais réussir".  

"J'ai lu ce week-end un livre de Monsieur Juppé dans lequel il a écrit: +il faut rompre  le lien avec les politiques et les juges+".

 

Le projet de réforme de procédure pénale: NKM défend l'idée d'une perpétuité réelle pour le terrorisme

"Elle aurait dû venir dans les débats de l'Assemblée nationale".

"Elle devrait dire qu'aujourd'hui on peut être en prison en France sans avoir de perspective de sortie".

"Ce que nous avons fait à l'Assemblée et ce que je ferai cette après-midi au Sénat: nous durcissons les aménagements de peine".

 

Monsieur Kanner a parlé de plusieurs Molenbeek en France

"Je m'occupe de ce dont je dois m'occuper (...). Je ne suis pas ministre de la Ville".

 

La réforme de la Justice des mineurs est-elle abandonnée?

"Rien n'est abandonné".

"Mon sujet quand j'ai été nommé: j'ai 13 mois avec un texte qui m'intéresse: la loi de Finances".

"J'ai une Justice aujourd'hui qui est sinistrée".  

"Je veux beaucoup. Je vois monsieur Eckert demain matin. J'ai des besoins extrêmes".

"Vous avez aujourd'hui des experts que la Justice sollicite, on ne les paye pas. La justice n'est pas solvable. Il y a quatre millions de Français qui vont dans des Palais de justice tous les ans, il faut qu'ils soient bien accueillis. Il faut qu'on m'aide". 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"La Justice n'est pas solvable", assure Jean-Jacques Urvoas.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-