Jean-Marie Le Guen: il faut que Hamon "fasse des gestes substantiels"

Jean-Marie Le Guen: il faut que Hamon "fasse des gestes substantiels"

Publié le 31/01/2017 à 12:51 - Mise à jour à 12:52
©IBO/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé du Développement et de la Francophonie, a délcaré ce mardi qu'il n'excluait pas de rallier le camp d'Emmanuel Macron en l'absence de réponse de Benoît Hamon sur "ses orientations".

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat au Développement, proche de Manuel Valls, a exprimé ce mardi 31 de vives réserves sur la candidature de Benoît Hamon, l'appelant à "faire des gestes substantiels" dans ses propositions et la défense du quinquennat.

"Il faut qu'il fasse des gestes substantiels, s'agissant à la fois de ses propositions, de la manière dont il envisage le quinquennat (de Hollande, ndlr), et (...) de sa trajectoire politique", a déclaré M. Le Guen sur Franceinfo. Dans un entretien au Parisien, il qualifie la candidature de Benoît Hamon de "très clivante".

"Sa stratégie ne semble pas être de rassembler sa famille mais d'aller concurrencer Jean-Luc Mélenchon. Il n'est pas dans une logique présidentielle, mais de recomposition de la gauche de la gauche", a déploré M. Le Guen, demandant à l'ancien ministre de l'Education de "changer son rapport au bilan du quinquennat".

"Je ne suis pas contre l'utopie (...) Ce qui me fait peur (...), c'est que son utopie, c'est très souvent de la facilité. Ce n'est pas un rêve, c'est une illusion", a-t-il poursuivi.

"La question est de savoir si je partage la même vision politique que Benoît Hamon et je ne suis pas le seul à me poser cette question", a-t-il confié, alors que des députés "réformateurs" du PS publient ce mardi une tribune demandant un "droit de retrait" de la campagne de Benoît Hamon.

Prenant acte de l'intérêt porté par certains élus socialistes à la candidature d'Emmanuel Macron, M. Le Guen a cependant constaté "beaucoup trop d'inconnues, de flou sur son programme, ses orientations et sa méthode de rassemblement".

"Je ne dis pas que sa démarche n'est pas intéressante. J'approuve notamment l'idée du dépassement de la droite et de la gauche. Mais elle n'est pas aujourd'hui aboutie", a-t-il souligné, prônant un rassemblement des "Républicains" qui pourrait inclure "des gaullistes sociaux" et "des démocrates chrétiens".

"On peut être socialiste et appeler à voter Macron. Quand les frondeurs ont frondé, ils n'ont pas demandé un droit de retrait", a-t-il lancé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-Marie Le Guen songe à quitter Benoît Hamon pour Emmanuel Macron.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-