Jean-Yves Le Drian: "la démocratie, ça vient après la sécurité"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Jean-Yves Le Drian: "la démocratie, ça vient après la sécurité"

Publié le 16/02/2015 à 08:57 - Mise à jour à 11:06
©Benoît Tessier/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Jean-Yves le Drian s'est exprimé ce vendredi sur RMC et BFMTV. Le ministre de la Défense est revenu sur la vente des avions Rafale à l'Egypte et la situation tendue dans la région face à l'islamisme.

La vente des Rafales

"Ces symboles de la qualité de l'industrie de la défense française, cela permet aussi de renforcer nos relations ave l'Egypte et de redorer l'image de cet avion. C'est aussi un bon contrat pour DCNS puisqu'une frégate a été vendue pour assurer la sécurité du canal de Suez".

"Il y a d'autres prospects qui peut-être avanceront mieux".

 

Le besoin d'armement de l'Egypte dans une situation tendue

"Le président  Sissi a un impératif de sécurité de protéger le canal de Suez. C'est la première raison d'urgence d'avoir des capacités navales et aériennes. La deuxième est le risque fondamentaliste au Sinaï auquel il est confronté tous les jours. Le troisième est la lutte contre l'islamisme partout, on l'a vu avec la mort de 21 chrétiens coptes égyptiens (exécution revendiquée par l'Etat islamique NDLR)".

 

La situation en Libye où ont été capturées les victimes

"Ça fait plusieurs semaines que ce risque est pointé, y compris par moi. Il y a dans ce chaos libyen un risque de jonction avec Daech".

"La Libye c'est de l'autre côté de la mer Méditerranée, c'est très proche. C'est pourquoi il faut être particulièrement vigilant".

 

Vendre des armes à un pays où les droits de l'homme ne sont pas toujours respectés

"La stabilité de l'Egypte n'est pas assurée, c'est admis. Mais le président Sissi a été élu par son peuple et prépare des élections législatives".

"L'Egypte est un très grand pays avec 82 millions d'habitants (…). C'est un pays d'avenir –on l'espère tous– pour la stabilité dans la région. La démocratie, ça vient après la sécurité".

 

Une intervention française en Libye

"La question ne se pose pas comme ça. La solution du chaos libyen ne peut être que politique en tenant compte des pays riverains". 

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Il y a dans le chaos libyen un risque de jonction avec Daech", estime Jean-Yves Le Drian.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-