"Jungle" de Calais: Cazeneuve promet une évacuation "progressive"

"Jungle" de Calais: Cazeneuve promet une évacuation "progressive"

Publié le 22/02/2016 à 19:21 - Mise à jour à 19:31
©Benoit Tessier/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Alors que la préfecture du Pas-de-Calais a pris vendredi dernier un arrêté ordonnant aux migrants de la zone sud de la "jungle" d'évacuer les lieux d'ici mardi soir, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a promis ce lundi que cela se ferait "de manière progressive, par la persuasion et dans le respect de la dignité des personnes".

L'évacuation des migrants installés dans la zone sud de la "jungle" à Calais se fera "de manière progressive, par la persuasion et dans le respect de la dignité des personnes", a assuré ce lundi 22 février au Mans le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. La préfecture du Pas-de-Calais a pris vendredi dernier un arrêté ordonnant aux occupants (entre 800 et 1.000 selon les autorités, 3.450 pour des associations) de la zone sud du camp dit de la Lande de quitter les lieux d'ici mardi 20 heures.

"J'ai demandé à la préfète du Pas-de-Calais de procéder dès cette semaine à la mise à l'abri de tous les migrants vivant encore dans la zone sud de la Lande, bien entendu en procédant de façon progressive et en privilégiant à chaque instant le dialogue, la persuasion et l'information des migrants", a déclaré le ministre, qui venait de visiter au Mans un centre d'accueil et d'hébergement de migrants. "Cette opération se fera dans le respect des personnes, en tenant compte de chaque situation individuelle", a insisté Bernard Cazeneuve. "A terme, la zone sud de la Lande, qui n'est que boue et désespérance, aura ainsi disparu", s'est félicité le ministre de l'Intérieur.

"La mise à l'abri des migrants de la zone sud du campement est une étape humanitaire. Elle n'est rien d'autre, et quiconque est préoccupé de la dignité des migrants devrait nous aider à promouvoir des solutions dignes plutôt que d'encourager les migrants à demeurer captifs de leur malheur dans l'indignité, le froid et la boue", a-t-il insisté. Dans une tribune parue ce lundi dans Le Monde, quelque 260 organisations et personnalités, dont l'humoriste Guy Bedos et la créatrice Agnès B., ont demandé l'annulation de l'arrêté d'expulsion.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"A terme, la zone sud de la Lande, qui n'est que boue et désespérance, aura ainsi disparu", a déclaré Bernard Cazeneuve ce lundi.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-