Juppé, Sarkozy, Fillon, Le Maire...: les programmes jumeaux des candidats à la primaire de la droite

Juppé, Sarkozy, Fillon, Le Maire...: les programmes jumeaux des candidats à la primaire de la droite

Publié le 14/05/2016 à 16:21
©Dominique Faget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Tous libéraux, les onze candidats déjà officiellement déclarés à la primaire de la droite, et même d'autres, cherchent à se distinguer. Une différentiation qui se fait pour l'heure surtout à coups de piques et de formules.

Les principaux candidats à la primaire de la droite, qui défendent tous un programme libéral pour "redresser la France", cherchent à se différencier à coups de piques et de formules pour sortir du lot le moment venu.

A six mois et demi de la primaire (20 et 27 novembre), les candidats -11 à ce jour- ont quasiment tous décliné leurs propositions économiques. A peu de choses près, ce sont les mêmes, qu'elle émanent de François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé... Même Nicolas Sarkozy, pas encore officiellement candidat, a décliné les siennes, soeurs presque jumelles des précédentes.

Mais à chacun sa façon de les présenter. Sarkozy parle d'un "contrat de redressement" pour la France, Copé du "sursaut français", Fillon de "casser la baraque", Le Maire de "rupture"...

Fidèle à son image de sage, Juppé reste, lui, sobre. Pas de petites phrases pour le favori des sondages à droite -son programme économique n'a rien de "rock and roll", prévient-il- mais une posture de "libéral-réformateur" assumé. "Les Français attendent du sérieux", assure l'ancien Premier ministre et agrégé de lettres.

"C'est en disant clairement avant les élections ce que l'on entend faire, que l'on acquiert la légitimité pour le mettre en oeuvre", affirme-t-il. Formule également déclinée par les autres candidats, Sarkozy ayant été le premier à dire qu'il voulait "tout dire avant pour tout faire après". L'ancien président souhaite baisser les dépenses publiques de 100 milliards d'euros sur le quinquennat et propose un "contre-choc fiscal" avec baisse de 10% de l'impôt sur le revenu, "dès juillet 2017".

Une proposition rejetée par l'ancien Premier ministre d'un Jacques Chirac élu en son temps sur la vaine promesse de "réduire la fracture sociale". "Je me refuse à aligner les paquets de milliards de baisse d'impôts, qui, le moment venu, ne seraient pas financés", assure le maire de Bordeaux.

Pour parvenir au "plein emploi", un objectif qu'il juge "ambitieux" mais "atteignable", M. Juppé veut sortir des 35 heures avec "référence du travail à 39 heures", reculer l'âge de la retraite à 65 ans, réformer le droit du travail, plafonner les revenus d'assistance...

Ce programme, c'est le sien, mais "en version dégradée", a cinglé vendredi 13 M. Fillon.

L'ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy, à la peine dans les sondages, mise sur son programme économique, méticuleusement élaboré depuis des mois. Son objectif: "la transformation de notre modèle économique et social". Ses recettes: une réduction de 110 milliards d'euros des dépenses publiques, la fin des 35 heures, les 39 heures dans la fonction publique, la dégressivité des allocations chômage, la retraite à 65 ans...

Un programme jugé trop libéral par Nicolas Sarkozy qui aime rappeler que le libéral Alain Madelin avait fait... "4%" à la présidentielle de 2002.

NKM, dont l'analyse sur la nouvelle donne numérique de l'économie est certainement la plus aboutie, veut réduire immédiatement les charges et les impôts de 100 milliards d'euros. Contrairement aux autres candidats, elle n'est pas favorable à la suppression de l'ISF, impôt certes "inefficace" mais qui a "une dimension symbolique".

Sur la même ligne que les autres (mais en limitant la baisse des dépenses à 90 milliards, sinon, il faudrait renoncer à des investissements supplémentaires en matière de justice et de défense), Le Maire se distingue toutefois par sa proposition de supprimer un million de postes de fonctionnaires en dix ans.

Quant à Copé, premier à avoir déposé, samedi, les 20 parrainages de parlementaires obligatoires pour être candidat, il promet "la liberté économique à tous les étages" et de réformer par ordonnances.

"La surenchère à droite n'a plus de limite", c'est "du sang et des larmes", a critiqué mercredi 11 dans un communiqué le PS, lui-même déchiré par la loi El-Khomri sur le travail, jugée trop libérale par son aile gauche.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Tous les ténors de la droite défendent pour la primaire un programme libéral pour "redresser la France".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-