La CGT et Cazeneuve condamnent les dégradations contre le siège de la CFDT

La CGT et Cazeneuve condamnent les dégradations contre le siège de la CFDT

Publié le 24/06/2016 à 12:59 - Mise à jour à 13:02
©Francesco Fontemaggi/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Les locaux parisiens de la CFDT ont été pris pour cible par une centaine de casseurs en marge de la manifestation de jeudi. Des dégradations condamnées à la fois par la CGT et par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

La CGT et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ont chacun "condamné"  ce vendredi 24 les dégradations commises contre le siège de la CFDT la veille à Paris, au soir d'une nouvelle journée de mobilisation contre la loi travail.

Une centaine de personnes parties en manifestation non autorisée dans le nord de Paris ont dégradé la façade du siège de la CFDT, principal soutien syndical de la réforme. Ils ont brisé des vitres de la façade et inscrit en lettres rouges: "C'est fini de trahir".

Bernard Cazeneuve a condamné "avec la plus grande fermeté" ces "dégradations inacceptables". Neuf personnes ont été "aussitôt" interpellées dans la soirée, a précisé le ministre de l'Intérieur dans un communiqué.

La CGT a également dénoncé "l'attaque et les dégradations commises contre le siège de la CFDT", écrit dans un communiqué le premier syndicat français, fer de lance de l'opposition au projet de loi travail. "De tels actes sont inadmissibles et condamnables", a-t-il estimé.

La centrale de Philippe Martinez se dit "attachée à la démocratie et au pluralisme d'expressions" et assure que, "quelles que soient les appréciations ou opinions divergentes qui peuvent s'exprimer, comme c'est le cas pour la loi travail", elle "ne cessera pour autant de se battre pour que vive un réel débat démocratique".

"Il faut convaincre par ses idées et non contraindre par la violence!" plaide la CGT.

Selon le syndicat, "les exactions d'hier soir", au même titre que les attaques des "casseurs" contre le service d'ordre des syndicats lors des manifestations, ont "pour seul objectif de détourner l'attention du coeur du problème qu'est la loi Travail".

La CGT renvoie au gouvernement "la très grande responsabilité" de "permettre la sortie de l'impassee.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Bernard Cazeneuve a condamné "avec la plus grande fermeté" ces "dégradations inacceptables".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-