"La gauche va être divisée" même avec la primaire, tacle Retailleau (proche de Fillon)

"La gauche va être divisée" même avec la primaire, tacle Retailleau (proche de Fillon)

Publié le 22/01/2017 à 17:23 - Mise à jour à 17:25
©Jean-Sébastien Evrard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

"La seule certitude, la gauche est fragmentée", a estimé ce dimanche Bruno Retailleau, patron des sénateurs LR. Ce très proche de François Fillon prévient qu'elle sera ainsi divisée en trois: "il y aura M. Mélenchon, M. Macron, et le vainqueur des primaires".

Bruno Retailleau, patron des sénateurs LR et proche de François Fillon, a estimé ce dimanche 22 que la primaire socialiste élargie n'apportait qu'"une seule certitude, la gauche va être divisée" à la présidentielle.

Invité à commenter le premier tour de cette primaire, organisé ce dimanche, il a déclaré: "Une seule certitude, la gauche va être divisée. Elle va être divisé en trois, il y aura M. Mélenchon, M. Macron, et le vainqueur des primaires socialistes", a-t-il dit, répétant: "la seule certitude, la gauche est fragmentée".

Selon lui, "un des effets de la primaire de la droite", c'est que son vainqueur "Francois Fillon est la cible de tous. Peu importe, il trace son sillon, il est constant, il ne fera pas de zigzags", a-t-il martelé.

Il a aussi fustigé la politique sociale des cinq ans de mandature socialiste. "Le modèle socialiste, c'est la casse sociale aujourd'hui, c'est le chômage de masse, c'est une Sécurité sociale qui est en train d'aller dans le mur".

Selon M. Retailleau, la ligne de François Fillon "est très simple: on réforme, exactement comme ce qu'on a fait avec Eric Woerth pour les retraites. Ce qu'on a fait pour les retraites, nous voulons le faire pour l'assurance maladie", a-t-il insisté, affirmant qu'avec le candidat LR, "la Sécurité sociale remboursera mieux".

Enfin, M. Retailleau a justifié le choix de François Fillon de laisser sa circonscription parisienne à l'ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet, au détriment de Rachida Dati. "Il y a un travail de rassemblement. Rachida Dati est maire d'un très bel arrondissement, et député européen, qu'est ce qu'il faut de plus?", a-t-il demandé.

NKM, qui était candidate à la primaire de la droite, "exprime une ligne très minoritaire, mais quand il faut rassembler la famille, je pense qu'il faut le faire, et avec les conséquences que ça peut apporter".

Des critiques se sont fait jour au sein du parti LR pour dénoncer une investiture accordée "à la sauvette", et sans vote, à NKM dans une circonscription jugée très sûre pour la droite.

=> Participation, estimations, premiers résultats: suivez minute par minute les dernières informations sur le premier tour de la primaire à gauche en cliquant ici

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Il y a un travail de rassemblement" à droite, a concédé Bruno Retailleau.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-