Lafarge: l'affaire du financement de Daech s'invite dans le débat de la présidentielle

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Lafarge: l'affaire du financement de Daech s'invite dans le débat de la présidentielle

Publié le 05/04/2017 à 12:19 - Mise à jour à 12:37
© FRANCK FIFE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Jean-Luc Mélenchon a une nouvelle fois chargé, mardi lors du débat de la présidentielle, le groupe Lafarge , soupçonné d'avoir financé les terroristes de l'Etat islamique en échange de l'exploitation de sa cimenterie en Syrie. Une affaire dans laquelle deux plainte ont été déposées.

Le groupe Lafarge et son "foutu ciment" se sont invités dans le Grand débat qui réunissait les 11 candidats à la présidence de la République, via Jean-Luc Mélenchon. L'entreprise française est dans la tourmente depuis plusieurs semaines suites à des révélations sur un éventuel financement de l'Etat islamique par l'entreprise.

"Je trouve étrange que personne n'ait évoqué le cas de Lafarge, compagnie mondiale de ciment, qui a avoué avoir payé Daesh pour pouvoir continuer à produire son foutu ciment", a lancé Jean-Luc Mélenchon au cours du débat demandant la confiscation ou la réquisition de l'entreprise qui "complote avec l'ennemi". Lors du précédent débat sur TF1, il avait déjà lancé: "Lafarge a payé les troupes de gens qui ont assassinés des gens chez nous".

En juin 2016, Le Monde avait révélé que Lafarge avait payé des "taxes" à l'Etat islamique afin de pouvoir continuer d'approvisionner sa cimenterie de Jalabiya, située dans le nord de la Syrie. L'entreprise est également soupçonnée d'avoir acheté du pétrole raffiné par Daech, finançant ainsi le terrorisme.

Deux plaintes ont été déposées, l'une par le ministère des Finances auprès du parquet de Paris en septembre 2016, l'autre par l'ONG Sherpa auprès du doyen des juges d’instruction de Paris notamment pour "financement du terrorisme", "complicité de crimes contre l’humanité", "complicité de crimes de guerre", "mise en danger d’autrui".

En mars, le groupe LafargeHolcim -résultat de la fusion entre les deux géants français et suisse des matériaux- a reconnu que "rétrospectivement, les mesures prises pour poursuivre les activités de l’usine étaient inacceptables", tout en considérant que "les responsables des opérations en Syrie semblent avoir agi d’une façon dont ils pensaient qu’elle était dans le meilleur intérêt de l’entreprise et de ses employés. Néanmoins, l’enquête révèle des erreurs de jugement significatives en contradiction avec le code de conduite alors en vigueur". L'enquête est toujours en cours.

A cette affaire s'est ajouté celle de la construction du fameux mur de Donald Trump censé enrayer l'immigration mexicaine et pour lequel Lafarge s'est dit prêt à fournir des matériaux, projet auquel il aurait finalement renoncé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Lafarge a reconnu que "rétrospectivement, les mesures prises pour poursuivre les activités de l’usine étaient inacceptables".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-