L'Assemblée nationale rejette la motion de censure, la loi Macron adoptée

L'Assemblée nationale rejette la motion de censure, la loi Macron adoptée

Publié le 19/02/2015 à 19:54 - Mise à jour le 20/02/2015 à 12:21
©Jacques Brinon/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

L'Assemblée nationale a débattu ce jeudi de la motion de censure déposée par la droite après le recours du gouvernement à l'article 49-3 de la Constitution sur la loi Macron. Sans surprise, la motion a été rejetée.

Le résultat était couru d'avance. Si la motion de censure déposée par les groupes UMP et UDI n’avait aucune chance d’aboutir, c'est bel et bien confirmé. L'Assemblée nationale a rejeté ce jeudi la motion de censure déposée par l'opposition suite au recours du gouvernement au 49-3. Au total, 234 députés ont voté pour cette motion. Pour être adoptée, la motion devait recueillir la majorité absolue des suffrages de l'Assemblée, soit 289 voix.

En conséquence, le projet de loi pour la croissance et l'activité porté par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron est considéré comme adopté. A présent, le texte va donc être transmis au Sénat et examiné dans le courant du mois d'avril.

Dès 16 heures, les présidents des six groupes politiques de l'Assemblée se sont succédé dans l'hémicycle, avant la prise de parole du Premier ministre Manuel Valls devant l'ensemble des intervenants. "Ce gouvernement assume ses responsabilités, nous réformons pour bâtir une France plus juste et sure d'elle-même", dénonçant par ailleurs l'absence de propositions alternatives de la droite. "Nous continuerons sans relâche à réformer pour la France et les Français", a-t-il conclu.

Dans ce genre de scrutin, seuls les députés favorables à la censure du gouvernement ont pris part au vote. Le scrutin a eu lieu dans les trois salons attenants à la salle des séances de l'Assemblée nationale. 

Seuls les députés UMP, UDI (centriste), quelques élus Front de gauche et les deux élus Front national ont voté cette motion. De leurs côtés, le groupe PS, les radicaux de gauche et des écologistes ont refusé de la voter. Même son de cloche du côté des "frondeurs". Stéphane Le Foll, le porte-parole de gouvernement avait prévenu ses troupes mercredi 18: "Celui qui voterait la censure n'a plus sa place au Parti socialiste", avait-il avancé.

Le dernier engagement de responsabilité sur un texte remonte à février 2006. A l'époque il s'agissait de Dominique de Villepin, Premier ministre de Jacques Chirac, pour le projet de loi instaurant le CPE (Contrat première embauche). Depuis le début de la Veme République l'article 49-3 a été utilisé plus de 80 fois.

 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manuels Valls devant les députés à l'Assemblée nationale, ce jeudi.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-