Le CFCM instaure un "conseil théologique" pour lutter contre la radicalisation

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 09 mai 2016 - 11:33
Image
Anouar Kbibech CFCM
Crédits
©Miguel Medina / AFP
Le président du Conseil français du culte musulman Anouar Kbibech, lors d'un discours à Paris, le 21 mars 2016.
©Miguel Medina / AFP
Afin de lutter contre la propagande djihadiste, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé dimanche avoir créé un "conseil théologique". Ce dernier "pourra élaborer un contre-discours basé sur un argumentaire théologique solide, en réponse aux discours véhiculés par certains et qui circulent sur les réseaux sociaux, notamment auprès des jeunes", a expliqué un communiqué du CFCM.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé avoir mis en place dimanche 8 un "conseil théologique", chargé d'élaborer un contre-discours pour répondre à la propagande djihadiste qui fleurit notamment sur internet. Le CFCM, instance élue considérée par l'Etat comme représentative des quelque 2.500 mosquées de France mais souvent critiquée parmi les 4 à 5 millions de musulmans pour son manque d'actions concrètes, était attendu de longue date sur ce terrain religieux. Les attentats de 2015, et le succès des appels à rejoindre le djihad irako-syrien auprès de centaines de jeunes, ont jeté une lumière crue sur la nécessité d'un conseil théologique.

"Cette nouvelle instance donne une nouvelle dimension à notre organisation, qui ne se positionne plus uniquement au niveau de l'administration et de la gestion", a dit à l'AFP le président du CFCM, Anouar Kbibech, évoquant un "jour historique". La réunion fondatrice du "conseil théologique" a eu lieu dimanche à Paris, en présence de "toutes les sensibilités" de l'islam - salafistes exceptés -, jusqu'à l'Union des organisations islamiques de France (UOIF, issue des Frères musulmans) et au Tabligh (piétistes littéralistes), a précisé le dirigeant musulman. Ce conseil comporte 22 membres, dont l'imam de Bordeaux Tareq Oubrou, figure libérale de l'UOIF. Il se réunira deux fois par an, sans compter des réunions extraordinaires sur saisine, et rendra des "avis", Anouar Kbibech s'interdisant d'utiliser le mot "fatwa", qui "a une connotation réductrice".

Ce comité "pourra élaborer un contre-discours basé sur un argumentaire théologique solide, en réponse aux discours véhiculés par certains et qui circulent sur les réseaux sociaux, notamment auprès des jeunes", selon un communiqué du CFCM. "Sur des notions comme le djihad ou la hijra", l'installation en terre musulmane, "il faut des avis éclairés, émis par des personnalités compétentes et crédibles", a fait valoir Anouar Kbibech. Selon lui, la mise en place de ce conseil théologique était un "prérequis" en vue du projet de "certification" des imams annoncé depuis des mois par son instance, afin de s'assurer que les prédicateurs intervenant dans les mosquées respectent les valeurs républicaines. Le nouveau conseil pourrait "recommander" les imams après audition ou examen sur dossier, a précisé Anouar Kbibech. Selon ce responsable, il sera "complémentaire" des comités d'expertise religieuse déjà mis en place par certaines fédérations, notamment du conseil théologique créé il y a un an par des imams gravitant dans la mouvance des Frères musulmans.

 

À LIRE AUSSI

Image
Manuel Valls.
Terrorisme: Valls annonce un nouveau plan pour lutter contre la radicalisation
Manuel Valls dévoile ce lundi un nouveau plan contre le terrorisme contenant "80 mesures, dont 50 nouvelles", parmi lesquelles plusieurs ont déjà été annoncées et sont...
09 mai 2016 - 10:18
Politique