Le Kremlin-Bicêtre: pour jouer au PMU, le maire détournait de l'argent public

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Le Kremlin-Bicêtre: pour jouer au PMU, le maire détournait de l'argent public

Publié le 30/03/2018 à 15:43 - Mise à jour à 15:47
© DAMIEN MEYER / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Jean-Marc Nicolle, maire du Kremlin-Bicêtre, est soupçonné d’avoir demandé aux entreprises une commission en échange de marchés publics dans sa ville pour financer son addiction au tiercé. Il a été mis en examen ce vendredi.

Il y en a pour près d'un million d'euros de détournement. Jean-Marc Nicolle, le maire du Kremlin-Bicêtre dans le Val-de-Marne, a été mis en examen ce vendredi 30 pour abus de confiance, favoritisme et trafic d'influence. Il est également placé sous contrôle judicaire.

L'élu est suspecté d’avoir favorisé des entreprises pour l'obtention de plusieurs marchés publics et de s'être enrichi personnellement, avec la complicité de sa secrétaire, afin d'assouvir sa passion. Cette dernière n'est autre qu'une addiction particulièrement poussée aux courses de chevaux selon 94 citoyens qui révèle que Jean-Marc Nicolle a pu jouer jusqu’à 2.000 à 3.000 euros par jour au Quinté. Sur une période de sept ans, les enquêteurs ont recensé 45.000 paris, pour un montant total de 900.000 euros.

Pour alimenter son budget, Jean-Marc Nicolle aurait détourné les règles d'attribution du marché public dans sa ville, en demandant aux entreprises intéressées de verser une commission à un club d'œnologie qu'il dirigeait. Les versements des sociétés à ce dernier pourraient se chiffrer en centaines de milliers d’euros. Les fonds étaient ensuite versés sur son compte.

Voir aussi - Justice: un parlementaire peut bien être poursuivi pour détournements de fonds publics

Interpellé et placé en garde à vue mercredi 28, Jean-Marc Nicolle aurait, selon Le Parisien, reconnu les faits mais les aurait minimisé. Reste pour les enquêteurs à éclaircir depuis combien de temps la combine durait, et à quel point les entreprises concernées étaient au courant des pratiques du maire.

Le juge d'instruction qui dirige l'enquête travaille sur des faits de corruption active et passive, trafic d'influence, abus de confiance, blanchiment, faux et usage de faux, abus de biens sociaux et recel d'abus de biens sociaux, selon le parquet.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-Marc Nicolle est soupçonné de détournements de fonds publics pour financer son addiction au jeu.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-