Le ministère de l'Education veut lutter contre le bizutage des élèves de l'Ensam

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le ministère de l'Education veut lutter contre le bizutage des élèves de l'Ensam

Publié le 24/02/2016 à 11:11 - Mise à jour à 11:14
©Valinco/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Un rapport vient de dénoncer le bizutage réservé aux nouveaux élèves de l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts et Métiers (Ensam). Les ministres de l’Education et de l’Enseignement supérieur ont promis de faire cesser certaines pratiques humiliantes lors des périodes d'intégration en réformant notamment la gouvernance de l'école.

Les ministres de l'Education et de l'Enseignement supérieur, alertés par un rapport sur des pratiques de bizutage à l'école nationale supérieure des arts et métiers (Ensam), promettent de les faire cesser en réformant la gouvernance de l'école, annoncent-ils ce mercredi 24 dans un communiqué.

Selon un rapport de l'Inspection générale de l'Education nationale et de la recherche (IGAENR) de février 2015, évoqué mercredi par le quotidien Libération, des actes de bizutage "sont perpétrés à l'occasion de manifestations liées à la période dite de +transmission des valeurs+", à l'Ensam. Cette période, aussi désignée sous le terme d'"usinage", consiste en un rite initiatique subi par les nouveaux élèves, soumis à "diverses activités pendant une durée qui peut varier entre 6 et 12 semaines, à raison de 2 à 5 heures par jour", précise le communiqué des ministres.

En 2014, un précédent rapport avait été commandé à l'IGAERN "à la suite de témoignages faisant état de dérives, de pratiques de bizutage et de plusieurs incidents graves survenus en marge d'événements liés à la vie étudiante de cet établissement".

Même si "la direction générale de l'école s'est fortement mobilisée, non sans tensions avec l'association des anciens élèves, pour aboutir à la signature d'une charte et à la rédaction d'un nouveau règlement intérieur", ce nouveau rapport confirme la "persistance de dérives graves", constatent les ministres. Des cas de démissions d'élèves "incontestablement liées à la période dite de +transmission des valeurs+" ont même été signalés.

Rappelant que le bizutage est un délit interdit par la loi depuis 1998, les ministres Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon annoncent qu'ils vont "engager une réforme de la gouvernance de l'ENSAM" afin de "rééquilibrer les pouvoirs au sein du conseil d'administration" et de limiter ainsi "l'influence excessive" de l'association des ingénieurs Arts et métiers. Selon les ministres, cette association d'anciens élèves "empêche la direction générale de s'engager dans une politique volontariste pour lutter contre ces dérives".

Par ailleurs, les ministres ont également demandé à leurs services "d'étudier rapidement les suites qui doivent être données aux faits relevés". "Aucune tradition, aucun esprit de corps, ne sauraient justifier que des actes dégradants et humiliants soient infligés aux nouveaux étudiants sous la pression du groupe", écrivent les ministres.

Les locaux historiques de l'Ensam sont situés à Paris mais l'école dispose de plusieurs campus sur le territoire français.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un rapport dénonce à nouveau le bizutage aux Arts et Métiers.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-