Le Premier ministre annonce une nouvelle aide fiscale pour les entreprises qui investissent

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Le Premier ministre annonce une nouvelle aide fiscale pour les entreprises qui investissent

Publié le 08/04/2015 à 13:40 - Mise à jour le 09/04/2015 à 08:43
©Lilian Auffret/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): DD.
-A +A

Manuel Valls fait un nouveau geste: sur cinq ans, il propose aux entreprises qui renouvellent leur appareil productif 2,5 milliards d'euros de réduction d'impôt.

Un nouveau geste ou un geste de trop? Le gouvernement de Manuel Valls déjà accusé par l’aile gauche du PS d’être trop complaisant avec les entreprises s’expose une nouvelle fois à la critique avec la mesure annoncée officiellement par le Premier ministre ce mercredi.

Les entreprises françaises du secteur industriel se caractérisent par leur sous-investissement chronique. Les machines-outils ont, en moyenne, 19 ans d’ancienneté en France contre seulement 9 en Allemagne. Une obsolescence préjudiciable à terme pour la compétitivité et la qualité de la production. Le gouvernement a donc annoncé un nouvel allègement fiscal pour les pousser à renouveler leur appareil productif. A compter du 15 avril prochain, et cela pendant un an, les entreprises pourront déduire sur une durée moyenne de cinq ans 140% du montant des investissements réalisés de leur bénéfice imposable, et ainsi faire baisser leur impôt sur les sociétés. Le but est évidemment d’inciter les entreprises qui veulent se rééquiper à le faire rapidement, plutôt que d’attendre un retour hypothétique à une croissance durable.

Le geste fiscal proposé représente, selon les projections, 2,5 milliards d’euros sur 5 ans pour les entreprises concernées. Pas sûr cependant que cela suffise: pensé sur le court terme, un an, la bonne volonté se heurte à la frilosité des agents économiques qui cherchent surtout, sur le long terme, une stabilité fiscale et juridique. De plus la Banque publique d’investissement–la BPI–qui annonce de son côté une augmentation de 2 milliards d'euros des fonds qu’elle pourra prêter aux entreprises, n’a jamais vraiment gagné la confiance de ces dernières.

Un pari risqué sur le plan politique, et qui n’emporte pas pour l’instant l’adhésion de ceux à qui la mesure est censée profiter.

 

Auteur(s): DD.

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Déjà critiqué sur sa gauche, Manuel Valls prend malgré tout le risque d'annoncer une nouvelle mesure fiscale pour les entreprises

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-