Le PS souhaite installer 2.000 bureaux de vote pour son référendum

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 29 septembre 2015 - 14:46
Image
Jean-Christophe Cambadélis.
Crédits
©Philippe Wojazer/Reuters
Jean-Christophe Cambadélis attend près de 300.000 participants pour "son" référendum.
©Philippe Wojazer/Reuters
Le Parti socialiste a arrêté lundi 28 les modalités de son référendum sur "l'unité de la gauche", qui aura lieu mi-octobre. Au moins 2.000 bureaux de vote seront mis en place pour 300.000 participants attendus.

"La bataille de l'unité", chère à Jean-Christophe Cambadélis, prend forme. Le Premier secrétaire du Parti socialiste a présenté ce mardi les modalités de mise en place du référendum qui se déroulera du 16 au 18 octobre sur "l'unité de la gauche et des écologistes".

A cette occasion, 2.000 "points de vote" seront installés à travers le pays, soit au moins un par canton. Un vote en ligne sera également disponible. Un million de tracts et cent mille affiches seront envoyés le week-end prochain aux fédérations socialistes et un site internet dédié à ce scrutin sera ouvert ce mardi.

Le PS vise une participation d’au moins 300.000 votants. Pour le parti, il s’agit de montrer qu’il peut aller bien plus loin que la faible mobilisation enregistrée à l’occasion du vote pour les motions du Congrès qui s’est tenu en juin à Poitiers et qui n’a réuni que 70.000 votants (uniquement les militants). A cette occasion, les participants devront répondre à cette question: "face à la droite et à l’extrême droite souhaitez-vous l’unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales?".

Une organisation compliquée à mettre en place en si peu de temps, moins de trois semaines. Mais pour Jean-Christophe Cambadélis, le jeu en vaut la chandelle, car il s'agit "d'empêcher la défaite".

Une position pas forcément partagée par l'aile gauche du parti. En effet, dans un communiqué publié lundi 28 septembre, les frondeurs du PS qualifient ce référendum "d’initiative improvisée". "La méthode ne convainc pas, car le diagnostic n’est pas le bon. (…) Notre électorat se disperse beaucoup vers l’abstention, un peu vers d’autres votes à gauche, mais plus grave, aussi vers l’extrême droite", avaient-ils fait savoir.