Le Secours populaire appelle le gouvernement à modérer la numérisation des services publics

Le Secours populaire appelle le gouvernement à modérer la numérisation des services publics

Publié le 15/10/2021 à 15:26 - Mise à jour à 15:27
Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Pouvoir réaliser des démarches en ligne est souvent plus pratique, mais passer au tout numérique peut être l’enfer pour de nombreux citoyens, dépassés par la quantité de services en ligne, de sites Internet, de mots de passe, et de courriers électroniques. Alors que le gouvernement se félicite de proposer jusqu'à 250 démarches administratives sur Internet en 2022, le Secours populaire prend la défense des exclus du numérique, tous ces utilisateurs laissés de côté par cette numérisation à toute vitesse.

Quelle place pour l'humain dans l’administration publique ?

Mardi 12 octobre, la secrétaire générale du Secours populaire, Henriette Steinberg, a demandé au gouvernement plus d'humanité et plus de considération pour certaines populations, souvent non salariées, qui sont passées "sous les radars" pendant la crise sanitaire liée à l'épidémie de covid-19. Celles et ceux "qui n'avaient jamais rien demandé à personne (...) : le petit commerce, les indépendants, les toutes petites structures" qui se sont "retrouvés avec rien du tout, et aucune connaissance de ce qu'il était possible de faire dans des situations pareilles.”

Les jeunes aussi concernés par la fracture numérique

En France, le nombre de personnes qui restent coupées des services numériques est important. On pense souvent aux personnes âgées, ou aux personnes marginales, mais on retrouve aussi au sein de ce groupe, en plus des sexagénaires, des jeunes retraités, et des personnes porteuses de handicaps, des jeunes en situation de précarité numérique, des "abandonnistes". Ils seraient près de 19 % d'après l'étude du CSA Research, de juniors qui vivent une double peine sur le marché de l'emploi : exclusion numérique et sous-qualification. Comme l’affirme Henriette Steinberg, "ce n’est pas par les ordinateurs que vous allez résoudre les problèmes des gens".

Quel soutien aux précaires du numérique ?

En 2018, un investissement de 75 à 100 millions d’euros a été annoncé pour réduire la fracture numérique. 250 millions d’euros ont été destinés, dans le cadre du plan France Relance, à former les 14 millions d'illettrés du numérique pour qu’ils puissent avoir eux aussi accès à l’administration numérique.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Trop de numérique tue le numérique

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-