Législatives 2017 - Mélenchon réclame "une trêve médiatique dans les injures", s'estimant victime d'un "bashing"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Législatives 2017 - Mélenchon réclame "une trêve médiatique dans les injures", s'estimant victime d'un "bashing"

Publié le 30/05/2017 à 14:31 - Mise à jour à 14:37
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Jean-Luc Mélenchon n'est pas content. Le leader de la France insoumise s'en est pris ce mardi aux "mediacrates" qui mènent contre sa personne un "Mélenchon-bashing".

De polémiques en polémiques, Jean-Luc Mélenchon construit sa campagne pour les élections législatives qui se dérouleront les 11 et 18 juin prochains. Sa dernière confrontation par déclaration interposée l'oppose à Bernard Cazeneuve, l'accusant non seulement d'être responsable de la mort de Rémi Fraisse, mais de s'être "occupé de son assassinat", mercredi 24.

En réaction, l'ancien Premier ministre a porté plainte pour diffamation mais a aussi assuré qu'il la retirerait si son adversaire lui présentait "des excuses".

Ce mardi 30, le chef de file de la France insoumise a tenu une conférence de presse dans le cadre de sa campagne pour les législatives. L'occasion pour lui de faire un point sur les accusations dont il s'estime victime de la part de ses adversaires politiques. "Le Mélenchon-bashing recommence. Il vient à la fois de nos adversaires politiques et de la part de certains médiacrates", a-t-il expliqué en préambule. Ces mêmes qui réalisent d'"émouvantes scènes d'adulation médiatique" face au "Petit Prince" Macron.

Et d'ajouter: "Je demande une trêve médiatique dans l'injure. Je demande qu'on puisse parler du fond politique dans cette campagne". L'ancien sénateur est également revenu sur son opposition avec Bernard Cazeneuve. Il a expliqué qu'il s'était "senti piqué" par les reproches de ce dernier sur son attitude face à Marine Le Pen lors du second tour pour justifier sa charge. "Bernard Cazeneuve considère qu'avoir dit +pas une voix pour le Front national+ n'était pas une expression claire. Elle l'est pourtant", a-t-il asséné.

Sur le fond, le candidat de la France insoumise à l'élection présidentielle a tenu à parler de l'augmentation de la CGS envisagée par Emmanuel Macron: "L'augmentation de la CSG, c'est 20 milliards d'euros pris dans les poches des Français. Plus que l'augmentation de la TVA de M. Fillon".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le leader de la France insoumise s'en est pris ce mardi aux "mediacrates".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-