Législatives - François Baroin tance Emmanuel Macron sur son attitude envers... Manuel Valls

Législatives - François Baroin tance Emmanuel Macron sur son attitude envers... Manuel Valls

Publié le 11/05/2017 à 11:47 - Mise à jour à 11:53
© Patrick KOVARIK / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

François Baroin, chef de file de LR pour la campagne des législatives, a affirmé mercredi que le président élu Emmanuel Macron "manque de bienveillance" envers Manuel Valls.

François Baroin qui vole au secours de Manuel Valls, l'image peut paraître surprenante mais elle est bien réelle. Le chef de file de la droite et du centre n'a pas beaucoup apprécié la façon dont le mouvement du nouveau président de la République a refusé l'investiture de La République en Marche aux prochaines législatives à l'ancien Premier ministre.

"Envers Manuel Valls, je trouve que ça manque de bienveillance puisque ça semble avoir été un terme assez à la mode au cours des dernières semaines", a ironisé François Baroin au cours d'une conférence de presse avec Jean-Christophe Lagarde mercredi 10. Et d'ajouter: "On aime ou on n'aime pas Manuel Valls, mais il a servi l'Etat dans une période. La manière dont il est traité dit beaucoup de l'esprit sectaire de ce mouvement (En Marche, NDLR) qui se veut très moderne et qui, en trois jours, appartient déjà au passé dans ses méthodes".

"Je ne trouve pas très bienveillant la façon dont on traite un ancien Premier ministre", d'une façon "radicalement différente de l'aimable sourire offert pendant plusieurs mois de sa campagne présidentielle", a lancé l'ancien responsable du "rassemblement politique" de la campagne de François Fillon.

De son côté, Jean-Christophe Lagarde a estimé que "le discours du mouvement du président de la République semble très ouvert mais en réalité traduit une fermeture assez grande. La mésaventure de Manuel Valls montre une réaction brutale envers quelqu'un qui manifestement avait envie de travailler avec le président de la République". Et de poursuivre en guise d'avertissement: "Cela doit servir de leçon. Abandonner ses idées, abandonner sa formation, c'est en réalité le meilleur moyen de se faire claquer la porte au nez et d'éviter la recomposition politique dont tout le monde parle".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On aime ou on n'aime pas Manuel Valls, mais il a servi l'Etat dans une période", a fait remarquer François Baroin.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-