"L'Emission politique": pour son premier grand oral, Marine Le Pen dévoile son programme

"L'Emission politique": pour son premier grand oral, Marine Le Pen dévoile son programme

Publié le 10/02/2017 à 07:41 - Mise à jour à 07:42
©Christian Hartmann/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Marine Le Pen a participé à la première émission importante de la campagne jeudi sur France 2. La président du Front national a débattu avec Najat Vallaud-Belkacem et Patrick Buisson.

Marine Le Pen, candidate Front national à la présidentielle, a été longuement questionnée jeudi 9 au soir sur son programme pour son premier grand oral sur France 2, où elle a débattu avec Najat Vallaud-Belkacem et Patrick Buisson. En deux heures d'émission, Mme Le Pen a eu des mots durs contre ses deux plus sérieux adversaires pour la présidentielle, selon les sondages: "Que ce soit pour M. Fillon ou que ce soit pour M. Macron", a-t-elle attaqué, "il y a derrière tout ça une sale odeur de trafic d'influence peut-être, de conflit d'intérêts à tout le moins."

"Quand je vois que M. Fillon a été payé par Axa, je demande si, dans son programme, la suppression de la Sécurité sociale qui va évidemment bénéficier aux compagnies d'assurances, ça n'est pas aussi la contrepartie des sommes qui lui ont été versées", a-t-elle lancé. Une référence à l'ancien Premier ministre qui a confirmé lundi 6 que "l'assureur Axa", jusqu'à peu dirigé par son soutien Henri de Castries, "la société Fimalac", dont son ami Marc Ladreit de Lacharrière est le PDG, et "la banque Oddo" figuraient parmi les clients de sa société de conseil "2F Conseil".

Mais Marine Le Pen a eu l'occasion d'aborder de nombreux sujets: elle a parlé de sa "compassion" pour Theo, jeune homme victime d'un viol présumé lors d'une interpellation la semaine dernière à Aulnay-sous-Bois, tout en s'en prenant aux "racailles" qui "profitent de cet événement".

Elle a défendu le "travail" réel de sa secrétaire et de son garde du corps, employés comme assistants parlementaires au Parlement européen, ce que cette institution juge indu et qui lui a demandé par conséquent le remboursement de 300.000€ de salaires.

En débat avec le maire PCF de Montreuil Patrice Bessac, Mme Le Pen a aussi rendu certains maires "lâches" responsables du "communautarisme, vivier de l'islam radical" en France, les accusant d'avoir voulu "acheter la paix civile".

Elle a été confrontée, lors d'un reportage, aux conséquences éventuelles de sa politique: une mère de famille étrangère, dont les trois enfants sont de nationalité française, qui pourrait connaître des difficultés à garder son emploi avec la taxe souhaitée par Mme Le Pen sur les emplois des étrangers.

"L'Emission politique", qui a pris le relais à l'automne du programme "Des Paroles et des Actes", était en effet l'occasion pour la candidate FN d'expliquer la philosophie de son programme dévoilé samedi 4 à Lyon lors d'"Assises présidentielles".

Avec la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, le débat a été âpre, parfois haché autour de la composition des heures d'enseignement, du collège unique, de la politique vis-à-vis de l'enseignement privé... avec des accusations nombreuses de "mensonges".

"Vous empêchez les élèves étrangers d'accéder à l'école laïque, publique et gratuite, vous les jetez dans les bras de l'obscurantisme ou des ennemis de la république" a accusé Mme Vallaud-Belkacem. Marine Le Pen lui a renvoyé son "bilan dramatique", selon elle, et la "situation déplorable" de la France.

Invité surprise et retentissant de l'émission: Patrick Buisson, conseiller spécial déchu de Nicolas Sarkozy et avocat autoproclamé de La Cause du peuple dans un livre récent, qui l'a interrogée sur son positionnement politique sur le spectre droite gauche.

L'émission avait une grande importance pour Marine Le Pen, engagée dans une bataille de la "crédibilité" alors que les sondages lui prédisent une qualification au premier tour et un échec au second, elle qui suscite encore le rejet d'un large pan de la population française.

Sur l'économie, point faible de son programme avec notamment une sortie de l'euro rejetée par les Français, Mme Le Pen a défendu son "protectionnisme intelligent" et son "patriotisme économique". Elle a reproché aux journalistes leur "vision comptable". "Vous spéculez sur des recettes hypothétiques", lui a lancé François Lenglet, évoquant des "baguettes magiques". Marine Le Pen a défendu un "projet équilibré" et le "cercle vertueux" qu'elle compte créer. Les frontistes auront l’œil rivé sur les audiences. "L’Émission politique" a jusqu'ici attiré de 1,7 à 2,7 millions de téléspectateurs.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Marine Le Pen a défendu le "travail" réel de sa secrétaire et de son garde du corps, employés comme assistants parlementaires au Parlement européen.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-