Le Conseil constitutionnel autorise les forces de l'ordre à utiliser les drones pour la surveillance

Le Conseil constitutionnel autorise les forces de l'ordre à utiliser les drones pour la surveillance

Publié le 26/01/2022 à 14:57
Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Après deux années de protection légale contre la surveillance par drones, le Conseil constitutionnel a fini par valider un texte de loi qui autorise à recourir à ce type de technologie, pour l’instant seulement par les forces de l’ordre, excluant les policiers municipaux. Il s'agit d'un des points du projet de loi « relatif à la responsabilité pénale et à la sécurité intérieure ».

Les drones seront autorisés pour la surveillance de frontières, des sites publics et des manifestations

La capacité de surveillance des drones peut être utile, certes, mais elle pose aussi des questions de respect de la vie privée. Grâce à leur mobilité et à la hauteur à laquelle ils peuvent évoluer, ces appareils sont susceptibles de capter, en tout lieu et sans que leur présence soit détectée, des images d'un nombre très important de personnes et de suivre leurs déplacements dans un vaste périmètre. Le Conseil constitutionnel insiste donc sur le fait que l’usage de ces dispositifs doit se faire uniquement aux fins « d'assurer la prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens dans des lieux particulièrement exposés à des risques de commission de certaines infractions », lors des manifestations, pour la prévention d'actes de terrorisme, pour la régulation des flux de transport, la surveillance des frontières et le secours aux personnes. Une fois n'est pas coutume, les contours judiciaires sont assez flous et peu de garanties sont apportées par la haute institution.

Une mauvaise nouvelle pour les défenseurs des libertés

Pour des associations comme la Quadrature du Net, le recours à cette technologie n’est pas nécessaire. L’association s'étonne que le Conseil constitutionnel n’ait pas préféré les interdire complètement. En outre, cette mauvaise nouvelle ne vient pas seule, car le Conseil valide aussi les caméras embarquées sur les véhicules de police et la vidéosurveillance des cellules de garde-à-vue.

Certaines mairies ont déjà investi dans ces technologies de surveillance de masse

À Nice, la nouvelle de l’interdiction de cette technologie à la police municipale a refroidi les autorités, car dans cette ville, les policiers municipaux avaient déjà commencé l'entrainement pour apprendre à piloter trois nouveaux drones acquis par la mairie. L’usage de ces aéronefs ne sera cependant pas complètement interdit : ils auront juste besoin d’une autorisation du préfet.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un pas de plus vers la surveillance généralisée.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-