Les policiers expriment leur mécontentement, mais ont-ils le droit de manifester ?

Les policiers expriment leur mécontentement, mais ont-ils le droit de manifester ?

Publié le 16/12/2020 à 10:01 - Mise à jour à 10:06
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Est-ce le reflet d’un authentique ras-le-bol au sein de la police nationale ? Ou bien une manière pour les syndicats policiers de faire pression sur l’exécutif avant une rencontre prévue vendredi au ministère de l’Intérieur ? 

Peut-être les deux… Toujours est-il que les propos d’Emmanuel Macron lors de son interview à Brut sur les violences policières et les contrôles au faciès ne sont pas passés et que les policiers l’expriment à leur manière. 
 
Contrôles routiers au son de la musique des Bisounours, manifestations de policiers en civil ou au contraire tous gyrophares allumés, annonce de démission de 180 policiers en Isère : le mécontentement s’affiche au grand jour depuis le 4 décembre.
 
La grogne peut aussi être plus discrète. Le syndicat Unité SGP Police, par exemple, appelle ses troupes à « lever le pied ».
 
Devoir de réserve
Les policiers ont-ils seulement le droit de manifester ? Il faut chercher la réponse dans le Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale. 
 
L’article R.434-29 sur le devoir de réserve de la police nationale stipule que :
 
« Le policier est tenu à l’obligation de neutralité. Il s’abstient, dans l’exercice de ses fonctions de toute manifestation de ses convictions religieuses, politiques ou philosophiques. Lorsqu’il n’est pas en service, il s’exprime librement dans les limites imposées par le devoir de réserve et par la loyauté à l’égard des institutions de la République »
 
Le même Code de déontologie précise que si des policiers venaient à manquer aux règles, ils encourent notamment une sanction disciplinaire.
 
Manifestations non déclarées
 
Une autre question se pose quant à la légalité des rassemblements. Toute manifestation doit en effet faire l’objet d’une déclaration préalable en préfecture.
 
Notons néanmoins que, pour les policiers comme pour l’ensemble de la population, la simple participation à une manifestation non déclarée n’est pas réprimée, ce que confirme une circulaire du ministère de la Justice datée de 2016. Ce sont les organisateurs qui encourent une sanction pénale. 
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers se sont sentis stigmatisés par les propos du chef de l'Etat

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-