Loi Travail: le texte ne bougera plus, prévient Le Guen

Loi Travail: le texte ne bougera plus, prévient Le Guen

Publié le 04/07/2016 à 19:18 - Mise à jour à 19:19
©IBO/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Jean-Marie Le Guen a assuré dans un entretien au "Monde", daté de mardi, que le gouvernement ne "dénaturera pas le projet" de loi Travail, quitte à passer à nouveau par un 49-3. Pour le ministre des Relation avec le Parlement, les accords d'entreprises "sont un élément essentiel de la modernisation du dialogue social".

Le ministre des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, assure que le gouvernement ne "dénaturera pas le projet" de loi Travail, quitte à passer à nouveau mais plus rapidement par un 49-3. A la veille du retour du texte devant l'Assemblée nationale, M. Le Guen explique au Monde daté de mardi que "le gouvernement en est à sa quatrième version, le texte a encore bougé ces derniers jours". Il n'est pas question de "renoncer à la philosophie de son projet principalement sur les accords d'entreprises qui sont un élément essentiel de la modernisation du dialogue social", argumente-t-il.

Pour lui, les "gestes significatifs" du gouvernement justifient que les opposants à la loi "ne soient plus sur le retrait ou le rejet". Soucieux que la gauche échappe au "désir malsain d'exposer ses divisions", il souhaite un recours rapide au 49-3 à l'Assemblée.

"Nous avons eu une très mauvaise expérience en première lecture" au mois de mai, rappelle le ministre. "La droite s'est débrouillée pour disparaître dans le débat, la discussion a été monopolisée par l'obstruction d'une partie de la gauche. Personne n'a envie de revivre ça", décrit-il.

M. Le Guen déplore encore le double "procès d'intention" fait au texte défendu par la ministre du Travail, Myriam El Khomri. "Pour certains il est trop libéral, pour d'autres il ne l'est pas assez", analyse-t-il ajoutant que "ces deux oppositions contraires ne font pas une opposition qui légitime l'abandon du texte".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Le gouvernement en est à sa quatrième version, le texte a encore bougé ces derniers jours", a déclaré Le Guen.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-