Loi Travail: les opposants étaient moins nombreux ce mardi à battre le pavé

Loi Travail: les opposants étaient moins nombreux ce mardi à battre le pavé

Publié le 05/07/2016 à 16:57
©Alain Jocard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Pour la dernière journée de mobilisation avant la trêve estivale, les opposants à la loi Travail étaient moins nombreux dans les rues. Le défilé parisien, entre place d'Italie et place de la Bastille, a rassemblé entre 6.500 et 7.500 personnes, selon la préfecture de police, la CGT avançant de son côté le chiffre de 45.000 participants.

Les opposants à la loi Travail ont été moins nombreux dans les rues, ce mardi 5, pour la 12e et dernière journée de mobilisation avant les vacances d'été. Ils ont battu le pavé au moment où Manuel Valls annonçait un nouveau recours au 49-3 pour faire adopter ce projet. Le défilé parisien, entre place d'Italie et place de la Bastille, a rassemblé entre 6.500 et 7.500 personnes, selon la préfecture de police, la CGT avançant de son côté le chiffre de 45.000 participants. Le 28 juin, la police avait recensé, sur le même trajet, entre 14 et 15.000 manifestants et les syndicats 55.000.

Le défilé s'est déroulé encore une fois sous bonne surveillance policière. Selon la préfecture de police, sept personnes ont été interpellées en marge de la manifestation, pour détention de "matériels non autorisés". C'est "la dernière manifestation" avant la pause estivale, a commenté le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, qui promet d'aller à la rencontre des salariés pendant les vacances, avant de nouveaux "temps forts à la rentrée". Dès mercredi, les opposants à la loi Travail tiendront un meeting au gymnase Japy à Paris.

Parmi les actions prévues cet été, des opérations péage gratuit. "On partira en vacances sans payer l'autoroute, c'est un bon début de vacances", a lancé M. Martinez. "Le gouvernement n'a pas l'opinion publique avec lui, il n'a pas la majorité syndicale avec lui, il n'a pas la majorité à l'Assemblée pour faire passer sa loi. Une fois de plus, c'est un passage en force", a insisté le leader syndical. Le Premier ministre Manuel Valls a de nouveau engagé mardi la responsabilité de son gouvernement sur le projet de loi Travail, en annonçant à la tribune de l'Assemblée nationale le recours à l'article 49-3 de la Constitution dès le retour du texte en deuxième lecture, faute de majorité.

Force ouvrière a réagi dans un communiqué en dénonçant "une sortie par le bas" pour le gouvernement et "un déni de démocratie". "Les gens ne comprennent plus ce genre de choses. C'est un passage en force qu'on le veuille ou non, qui va détruire certains pans du code du travail", a dénoncé le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, en marge d'un déplacement mardi à l'université de Strasbourg, avertissant qu'"il y aura une pression qui va continuer pendant l'été".

Contrairement aux 14 et 28 juin, où elle avait dû fermer ses portes pour cause de grève, la Tour Eiffel pouvait se visiter mardi. La CGT l'a toutefois habillée aux couleurs de l'opposition à la loi avec une banderole disant "stop loi Travail". Dans plusieurs villes, les défilés ont été aussi plus modestes mardi que lors des précédentes journées et se sont déroulés dans le calme. A Rennes, les manifestants étaient 1.000, selon la préfecture, 1.500 selon FO. A Toulouse, il y avait 1.700 manifestants (10.000 selon la CGT). La tendance était la même à Grenoble (entre 800 et 2.000) ou Marseille (entre 1.900 et 15.000). A Bordeaux, la manifestation a réuni entre 950 (préfecture) et 4.000 personnes et s'est achevée par "un pique-nique revendicatif" devant la mairie.

Le ciel a connu quelques perturbations et retards. Seule la CGT de la DGAC (aviation civile) appelait à la grève et le mouvement des contrôleurs aériens a entraîné des retards affectant essentiellement les compagnies low-cost. Du fait des durées très réduites de rotations de leurs avions, ces compagnies ont été contraintes d'annuler des vols.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les opposants à la loi Travail ont battu le pavé ce mardi au moment où Manuel Valls annonçait un nouveau recours au 49-3 pour faire adopter ce projet.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-