Loi Travail: Mailly (FO) n'est prêt à "aucune concession"

Loi Travail: Mailly (FO) n'est prêt à "aucune concession"

Publié le 07/03/2016 à 13:40 - Mise à jour à 13:41
©Benoit Tessier/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Reçu à Matignon pour discuter de la loi Travail, Jean-Claude Mailly (FO), a refusé l'idée de concessions, notamment sur la primauté des accords d'entreprises sur les accords nationaux. Il s'est dit opposé à la "logique" même de cette réforme.

Le numéro un de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly n'est prêt à aucune "concession" sur "la logique" du projet de loi Travail, qui est "en train de casser le modèle républicain au sens social", a-t-il affirmé lundi en arrivant à Matignon pour une rencontre avec Manuel Valls.

Le dirigeant de FO, deuxième syndicat reçu par le Premier ministre pour apporter des "améliorations" à ce texte controversé qui fâche les syndicats et une partie de la gauche, a de nouveau appelé le Premier ministre à suspendre ou à retirer le texte.

M. Mailly a indiqué ne pas voir sur quoi il pourrait "négocier" avec Manuel Valls. "Nous contestons la logique même du projet de loi, qui tend à décentraliser la négociation collective au niveau de l'entreprise, en mettant en cause les niveaux nationaux de négociation. Cela veut dire que c'est le modèle républicain au sens social qu'on est en train de casser", a-t-il fait valoir.

Le projet de loi de la ministre du Travail Myriam El Khomri prévoit d'élargir les cas de primauté des accords d'entreprises sur les accords nationaux et la loi, une inversion de la hiérarchie des normes qui, redoutent les syndicats, pourrait aboutir à des reculs des droits des salariés.

Le leader de FO a exclu de faire des "concessions". "Ce n'est pas deux ou trois améliorations sur trois points (que FO demande), c'est la logique même du projet de loi qu'il faut revoir", a-t-il dit.

Après la CFTC puis FO, la CGT sera reçue à midi, puis la CFDT à 15H00. Côté patronal, la CGPME sera reçue à 16H30, avant le Medef mardi.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"C'est le modèle républicain au sens social qu'on est en train de casser" a dénoncé Jean-Claude Mailly.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-