Loi Travail: malgré l'opposition de façade, gouvernement et CGT seraient proches d'un accord

Loi Travail: malgré l'opposition de façade, gouvernement et CGT seraient proches d'un accord

Publié le 17/06/2016 à 17:25 - Mise à jour à 17:49
©Jacques Demarthon/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Damien Durand
-A +A

La rencontre de vendredi entre Myriam El Khomri et Philippe Martinez n'a pas donné lieu à une annonce, les deux parties parlant de "désaccord". Les négociations seraient pourtant déjà bien engagées selon Hubert Landier, interrogé par "FranceSoir".

Le gouvernement et la CGT ont tous les deux intérêt à sortir en douceur du conflit. Il est donc probable que les discussions soit déjà bien engagées, plus en tout cas que l'apparent statu quo de la rencontre de ce vendredi 17 juin a laissé entendre. C'est l'avis d'Hubert Landier, consultant en relations sociales et vice-président de l'Institut international de l'audit social, joint par FranceSoir.

> La rencontre d’aujourd’hui entre Myriam E Khomri et Philippe Martinez a débouché sur des "désaccords" qui "se sont confirmés". Mais le dirigeant syndical adopte cependant une attitude moins véhémente, parlant de "réécrire des articles". Que faut-il comprendre ?

"Nous sommes dans une situation où, pour toutes les parties, le coût du conflit devient supérieur au gain qu’ils pourront en tirer. On va donc s’acheminer doucement vers la fin de la crise. Il faut savoir qu’il y a déjà des échanges entre Philippe Martinez et le gouvernement, sans doute depuis une semaine, pour trouver la voie de sortie.

"La rencontre d’aujourd’hui correspond en fait à une demande de Philippe Martinez qui souhaitait être pris au sérieux en étant reçu au ministère. Le signal est donc envoyé: le dialogue a repris. Mais comprenez bien que Philippe Martinez joue aussi son autorité au sein de la CGT, il est loin de n’avoir que des amis dans le syndicat! Il ne peut donc pas se permettre de tout arrêter en n’obtenant rien. Il adopte donc une posture encore très fermée à la sortie de son entretien avec Myriam El Khomri. Mais un signe ne trompe effectivement pas, il ne parle plus de +refuser+ la loi, mais de la +modifier+. Le gouvernement et Philippe Martinez sont donc clairement dans la logique de trouver la solution qui sauverait la face à tout le monde".

> Mais quel pourrait être la forme d’un tel accord après des semaines d’opposition frontale ?

"Ce sera forcément un compromis. Du côté du gouvernement il faut comprendre qu’il est totalement exclu de revenir sur l’article 2, celui sur le changement dans la hiérarchie des normes. C’est impossible. Ce qu’il reste de la crédibilité de François Hollande en dépend. On va donc sans doute modifier cet article 2, mais on ne le retirera pas. En contrepartie, la CGT obtiendra sans doute des avancées sur les conditions de licenciement, avec l’abandon probable des mesures qui devaient le faciliter. Je pense que le consensus va s’organiser sur cet équilibre".

> Comment va réagir la CFDT si le gouvernement revient sur un projet de loi où le syndicat s’était particulièrement investi ?

"Laurent Berger et la CFDT sont effectivement dans une position délicate. Le syndicat a déjà subi une défaite difficile avec l’échec de la négociation sur l’assurance chômage, avec la position intransigeante et décriée du Medef. Que la loi Travail soit vidée dans le cadre d’un accord avec la CGT serait donc une nouvele désillusion, et remettrait en cause la stratégie conciliante de la CFDT qui vise à la faire devenir le premier syndicat de France.

"C’est donc le gouvernement qui doit trouver un point équilibre qui permette à a fois de ne pas apparaître comme un renoncement face à la pression sociale, tout en plaisant à la CGT et en ménageant la CFDT. Mais soyons clair, préserver la CFDT dans le cadre d’un accord n’est par contre absolument pas la préoccupation de la CGT".

 

Auteur(s): Damien Durand

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La ministre et le syndicaliste se sont rencontrés le vendredi 17 juin.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-