Loi Travail: sept Français sur dix mécontents de son adoption

Loi Travail: sept Français sur dix mécontents de son adoption

Publié le 18/07/2016 à 20:23 - Mise à jour à 20:25
©Yoan Valat/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'adoption de la loi Trvail doit intervenir cette semaine mais l'opposition au texte ne désarme pas. Sept Français sur dix sont "mécontents" de l'adoption de la réforme du Code du Travail.

Sept Français sur dix sont "mécontents" de l'adoption définitive du projet de loi Travail, qui doit intervenir cette semaine, et plus de la moitié d'entre eux souhaitent que les manifestations contre le texte se poursuivent, selon un sondage Odoxa pour Les Echos, Radio Classique et FTI Consulting paru lundi.

71% des personnes interrogées se déclarent "mécontentes" de l'adoption du texte, contre seulement 28% qui se disent "satisfaites". Cette proportion n'a pas varié depuis la présentation du projet de loi il y a cinq mois, même après le retrait de mesures très contestées comme le plafonnement des indemnités prud'homales, ou pendant le blocage des raffineries et dans les transports, souligne l'institut de sondage. Chez les sympathisants PS, ils sont une courte majorité (52%) à se dire "satisfaits" de son adoption.

Alors que les syndicats opposés au texte ont annoncé une nouvelle journée de mobilisation le 15 septembre, 55% des Français estiment qu'ils ont "raison de poursuivre leur contestation". Ils ne sont que 34% à approuver la poursuite du mouvement chez les sympathisants du PS, mais 76% chez les sympathisants de gauche hors PS.

Dans le conflit, tout le monde est jugé perdant, le numéro de la CGT Philippe Martinez, arrivant au premier rang (76%), devant François Hollande (70%), la ministre du Travail Myriam El Khomri (65%) et le Premier ministre Manuel Valls (65%) ex-æquo, et le leader de la CFDT Laurent Berger (60%).

Enfin, six Français sur dix (59%) pensent que la loi aura un impact sur la situation économique et sociale du pays dans les années à venir. Seuls 13% jugent qu'elle n'en aura aucun.

> Sondage réalisé en ligne le 14 juillet auprès d'un échantillon de 1.011 personnes représentatif de la population française, selon la méthode des quotas.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Sept Français sur dix sont "mécontents" de l'adoption définitive du projet de loi Travail, qui doit intervenir cette semaine.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-