Loi travail: Valls n'a "pas envie d'aller vers un compromis" avec les frondeurs, affirme Christian Paul

Loi travail: Valls n'a "pas envie d'aller vers un compromis" avec les frondeurs, affirme Christian Paul

Publié le 10/05/2016 à 13:56
©Joel Saget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le chef de file des députés frondeurs Christian Paul est ressorti insatisfait de Matignon mardi, après une nouvelle discussion sur la loi Travail avec Manuel Valls. Le recours au 49-3 semble donc inévitable et certains frondeurs pourraient alors votre contre le gouvernement.

Manuel Valls "n'a visiblement pas l'envie d'aller vers un compromis" sur le projet de loi travail en "refusant" de modifier son article le plus polémique, a dénoncé ce mardi 10 le chef de file des députés PS frondeurs, Christian Paul, à l'issue d'une réunion à Matignon avec le Premier ministre.

Selon des participants à cette réunion, M. Valls n'a toutefois pas annoncé à ce stade qu'il allait recourir sur ce projet de loi à l'article 49-3 de la Constitution, c'est-à-dire que le texte soit adopté sans vote du Parlement avec engagement de la responsabilité du gouvernement.

Christian Paul n'a pas exclu de soutenir la motion de censure que déposerait la droite en cas de recours au 49.3. "C'est un outil constitutionnel. Nous délibèrerons collectivement", a affirmé le député de Côte d'Or en sortant de Matignon.

"Christian Paul a passé la ligne jaune en annonçant ce matin vouloir voter la censure de la droite en cas de 49.3", a immédiatement réagi le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, sur Twitter.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Les propositions avec lesquelles nous sommes venus ce matin n’ont pas recueilli l’accord du Premier ministre", a déclaré Christian Paul.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-