LREM - Macron choisit Castaner pour prendre la tête du parti: peut-il rester au gouvernement?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

LREM - Macron choisit Castaner pour prendre la tête du parti: peut-il rester au gouvernement?

Publié le 25/10/2017 à 11:29 - Mise à jour à 11:34
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

Christophe Castaner a confirmé ce mardi avoir été adoubé par Emmanuel Macron en personne pour prendre la tête de LREM. Une réponse qui soulève une autre question: pourra-t-il rester au gouvernement, et donc cumuler secrétariat d'Etat aux relations avec le Parlement et direction du parti au pouvoir?

Marque de confiance. Emmanuel Macron a tranché: c'est Christophe Castaner que le président a choisi pour prendre la tête de son parti, LREM, a confirmé l'intéressé en officialisant ce mercredi matin sa candidature pour le poste. Préféré à Benjamin Griveaux, le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement a également annoncé qu'il ne pourra conserver sa mission de porte-parole du gouvernement. Mais peut-il cumuler la direction du parti au pouvoir et la mission de gestion des députés et sénateurs?

La question se pose tant la double casquette peut presque passer pour un conflit d'intérêt. Marque de confiance certaine d'Emmanuel Macron qui l'a donc adoubé en personne ("il est l'histoire du mouvement", dit de lui Christophe Castaner), il s'agit donc d'une promotion pour l'ancien député PS élu en 2012 et plutôt anonyme jusqu'à ce que Manuel Valls lui confie la mission de rapporteur de la loi Macron fin 2014. Pas question pour autant de renoncer à son maroquin, a fait savoir le fidèle du président.

"Forcément" l'un ou l'autre qui prendrait la tête du parti "manquerait au gouvernement", disait Richard Ferrand la semaine dernière alors que le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances Benjamin Griveaux semblait toujours en course. Une thèse du non cumul balayée par Christophe Castaner: "la question ne se pose pas à l'instant présent", a-t-il répondu ce mercredi sur RTL. Puis de donner en gage l'abandon de sa fonction de porte-parole, selon lui incompatible avec le fait d'"être le représentant d'un des mouvements politiques qui est dans la majorité".

Soit. Mais, bien qu'il l'élude, la question se pose aussi pour son portefeuille ministériel, qui consiste donc à gérer les rapports entre le gouvernement et les deux chambres parlementaires. Concrètement, il s'agit notamment de siéger à la conférence des présidents préparant les travaux des deux assemblées ou encore de répondre au nom des autres membres du gouvernement aux questions posées en séance par les députés ou sénateurs.

Verra-t-on le ministre Castaner répondre aux questions des députés LREM dont le patron est le même Castaner? C'est fort probable, du moins selon lui. "Je suis candidat pour être délégué général de LREM, je garderai mes activités ministérielles tant que le président de la République et le Premier ministre m'en confient la responsabilité", a-t-il ainsi répondu. Non pas schizophrène, la double casquette serait plutôt complémentaire, d'autant que "la fonction de délégué général du mouvement LREM est une fonction bénévole qui implique de toute façon d'avoir une autre activité".

Mais celle-ci peut tout aussi bien être un retour sur les bancs de l'Assemblée nationale, a acquiescé le député des Alpes-de-Haute-Provence qui a laissé son siège à sa suppléante suite à sa nomination au gouvernement. "Evidemment nous aurons cet échange au moment de l'élection si je suis élu à la tête de LREM", a répondu Christophe Castaner. Poste pour lequel il est à ce stade le seul candidat. Et le restera très probablement: "Nous assumerons le fait qu'il y ait un candidat pour le poste de délégué général", a-t-il ainsi déjà prévenu.

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Non rémunérée, "la fonction de délégué général du mouvement LREM est bénévole et implique d'avoir une autre activité", selon Christophe Castaner.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-