Lutte contre le terrorisme: selon Sarkozy, "tout n'a pas été mis en oeuvre" par Hollande

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Lutte contre le terrorisme: selon Sarkozy, "tout n'a pas été mis en oeuvre" par Hollande

Publié le 08/11/2016 à 14:23 - Mise à jour à 14:29
©Lionel Bonaventure/Pool/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Nicolas Sarkozy a vertement critiqué les mesures prises par François Hollande pour lutter contre le terrorisme dans une interview à Sud Radio et Public Sénat ce mardi. "Tout n'a pas été mis en oeuvre, toutes les conséquences n'ont pas été tirées", a déclaré le candidat à la primaire de la droite, critiquant notamment l'utilisation de l'Etat d'urgence par le gouvernement.

Nicolas Sarkozy a estimé ce mardi 8, à quelques jours de la date anniversaire des attentats du 13 novembre, que "tout n'a pas été mis en oeuvre" par François Hollande en matière de lutte contre le terrorisme, critiquant l'utilisation qui a été faite de l'état d'urgence ces derniers mois. "Tout n'a pas été mis en oeuvre, toutes les conséquences n'ont pas été tirées", a déclaré le candidat à la primaire de la droite sur Sud Radio et Public Sénat alors qu'il était interrogé sur les mesures prises par le chef de l'Etat après les attentats.

"C'est la raison pour laquelle j'interrogerai par référendum le 18 juin 2017 les Français, pour leur demander l'autorisation que (...) le futur ministre de l'Intérieur puisse mettre en résidence administrative préventive avec obligation d'y demeurer des gens dont les services spécialisés nous auront indiqué qu'ils pourraient être dangereux", a-t-il dit, réaffirmant l'une de ses propositions de campagne. "Les +fichés S+, il y en a 12.000 mais il y en a quelques centaines dont les services spécialisés ont besoin de les assigner avant qu'ils commettent quelque chose, pour voir où ils en sont de leur processus de radicalisation", selon lui.

Comme on lui demandait s'il fallait prolonger l'état d'urgence qui prendra fin en janvier, l'ex-président a critiqué l'utilisation qui en a été faite par le gouvernement : "la question de l'état d'urgence est anecdotique, ce qui compte c'est qu'est ce qu'on en fait. Aujourd'hui, on n'en fait rien, il y a état d'urgence et la place de la République a été occupée pendant des mois, il y a état d'urgence et il y a 3.000 migrants en situation irrégulière sous le métro Stalingrad, il y a état d'urgence et à Notre-Dame-des-Landes il y a des dizaines d'hectares qui sont occupés, et il y avait état d'urgence et on a fait des fans zones (pour l'euro de football, NDLR)".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


"La question de l'état d'urgence est anecdotique, ce qui compte c'est qu'est ce qu'on en fait", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-