Macron, Covid et prix de la vie humaine d’un Français

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Macron, Covid et prix de la vie humaine d’un Français

Publié le 25/11/2020 à 10:49
© Ludovic MARIN / POOL/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Philippe Simonnot journaliste pour FranceSoir

-A +A

Bis repetita ! Emmanuel Macron nous a encore déclaré hier soir 24 novembre sa formule magique : « quoi qu’il en coûte ». Le 12 mars dernier lors de sa « déclaration de guerre » au coronavirus, il avait proclamé : "La santé n'a pas de prix. Le gouvernement mobilisera tous les moyens financiers nécessaires pour porter assistance, pour prendre en charge les malades, pour sauver des vies. Quoi qu'il en coûte".   Pas un bouton de guêtre ne devait manquer à nos valeureux combattants, comme le disait un certain maréchal Le Bœuf, ministre de la guerre sous Napoléon III,  qui devait mener en 1870 au désastre de Sedan et à la capitulation de la France ! En septembre 1939, nous avions encore la meilleure armée du monde. Et ce fut la débâcle de juin 1940. Au début de cette année, notre système de santé était le meilleur du monde. On connaît la suite de cette nouvelle fanfaronnade française.

Ce que nous ne devrions jamais oublier, malgré les dires présidentiels, c’est que, oui, la santé a un prix, parce que la vie humaine, en ce bas monde, a elle-même a un prix, qui n’est pas infini.

En voici un exemple : on compte encore aujourd’hui plus de 15 000 passages à niveau des voies de chemin de fer dans notre beau pays. Ces passages sont l’occasion d’un nombre d’accidents causant chaque année entre 15 et 42 décès. On pourrait en finir avec cette tuerie annuelle en supprimant tous les passages à niveau. Mais on ne le fait pas parce que la vie n’a pas un prix assez élevé pour justifier un tel investissement. Dans les calculettes de nos ingénieurs des BTP, le prix maximum d’une vie humaine sauvée est fixé à 3 millions d’euros. S’il dépasse ce seuil, on renonce à l’investissement. Après tout, disent implicitement les gestionnaires des fonds publics, les « passeurs à niveau » n’ont qu’à faire attention, on ne va pas dépenser des fortunes pour pallier les conséquences de leur imprudence ou de leur étourderie...Aux citoyens d’aujourd’hui, on dit pareillement : faîtes gaffe ! soyez responsables ! pensez aux personnes fragiles, aux vieux etc.

Ainsi a-t-on justifié – dans le monde d’avant – la réduction de 90 à 80 kms/heure sur les routes secondaires par une réduction du nombre des morts accidentels. On aurait sans doute pu arriver au même résultat en contrôlant davantage l’usage du portable au volant, ou l’acuité visuelle du conducteur ou son niveau d’alcoolémie, mais cela aurait exigé davantage de moyens policiers, et donc aurait coûté plus cher. Plus simple et moins coûteux de mettre un 8 à la place du 9 sur les panneaux de signalisation, quitte à encourir la colère des Gilets Jaunes et des chauffards impénitents.

On va terminer l’année avec plus de 50 000 morts dues au coronavirus. Mais si on n’avait pas confiné, combien en aurait-eu à déplorer ? Une étude de l’Imperial College de Londres a estimé à  690 000 le nombre de morts évitées en France grâce au confinement à la date de 6 mai  2020.   Chiffre tellement énorme qu’il a été contesté par nombre d’épidémiologistes.  

Rappelons tout de même que la grippe espagnole, aux lendemains de la Grande Guerre, avait fait en quelques mois plus de 400 000 morts en France pour un pays de 40 millions d’habitants. C’est plus que le tribut annuel que la France a payé au dieu de la guerre de 1914 à 1918….

La perte de PIB  en 2020 due au confinement  sera de 10% du PIB de 2019, soit 266 milliards d’euro. Si on rapporte ce chiffre au nombre de morts évitées, on est très au-dessous du chiffre habituel donné pour la vie humaine dans notre pays. Encore faudrait-il tenir compte du manque de croissance qui va être infligée à l’économie française pendant plusieurs années, qui risque de faire monter la facture finale de la facture. Mais même dans ce cas, on est au-dessous du barème BTP indiqué plus haut. A un prix de la vie aussi bas que celui qui résulte de ces calculs, on pourrait remplacer tous les passages à niveau de ce pays par de véritables œuvres d’art.

Conclusion : le quoi qu’il en coûte présidentiel est un leurre et l’on aurait pu dépenser davantage sauver plus de vies humaines dans ce pays.

Auteur(s): Philippe Simonnot journaliste pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Emmanuel Macron

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-