Macron répond sèchement à Hulot sur le Ceta

Macron répond sèchement à Hulot sur le Ceta

Publié le 23/07/2019 à 15:27 - Mise à jour à 15:30
© Kamil Zihnioglu / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Emmanuel Macron a vertement réagi aux propos de Nicolas Hulot ce mardi 23 au sujet de la ratification du Ceta. L'ancien ministre a appelé lundi 22 les parlementaires français à ne pas ratifier le traité Canada-UE.

Passe d'armes entre le président de la République et son ancien ministre de la Transition écologique et solidaire. Lundi, Nicolas Hulot a appelé les parlementaires français à "avoir le courage de dire non" et de ne pas ratifier le Ceta. Ce mardi, Emmanuel Macron est revenu sur ces propos et a vertement tancé leur auteur.

"Quand on s'est battu pour améliorer un texte dans une condition, on ne peut pas dire, quelques mois plus tard, le contraire, ou alors il fallait le dire quand on était en responsabilité", a déclaré le président de la République. "Je crois que le véritable idéalisme consiste toujours à regarder le réel" a-t-il ajouté, expliquant qu'il pensait que le Ceta irait "dans le bon sens", s'il est "bien mis en œuvre".

Le chef de l'Etat a par ailleurs expliqué que, lorsqu'il avait été élu président en mai 2017, le texte du Ceta "était signé, largement négocié (...) et n'avait plus qu'à être ratifié".

Lire aussi - Ceta: vote sous tension à l'Assemblée sur l'accord UE-Canada

Négocié pendant plus de sept ans, l'"Accord économique et commercial global" (AECG) - en anglais Ceta - avait été approuvé par le Parlement européen en février 2017. Il doit être ratifié par les 38 assemblées nationales et régionales d'Europe, d'où son passage par l'Assemblée, puis au Sénat à une date qui reste à définir. Treize Etats dont l'Espagne et le Royaume-Uni l'ont déjà ratifié.

Le Ceta, qui supprime notamment les droits de douanes sur 98% des produits échangés entre les deux zones, est vivement critiqué par agriculteurs et ONG, et les oppositions de droite comme de gauche.

Son examen au Palais Bourbon mercredi dernier avait donné lieu à environ 10 heures de vifs échanges, jusque tard dans la nuit.

Voir:

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir "le courage de dire non"

Ceta: vote sous tension à l'Assemblée

Conditions d'élevage, concurrence déloyale: le Ceta fait trembler les éleveurs bovins français

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Il fallait le dire quand on était en responsabilité" : a rétorqué Emmanuel Macron à Nicolas Hulot.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-