Macron: une primaire est un aveu de "faible leadership"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 01 juillet 2016 - 14:48
Image
Emmanuel Macron en conférence à Bercy le 15 octobre.
Crédits
©Charles Platiau/Reuters
Le ministre de l'Economie laisse planer le mystère sur sa participation à la prochaine présidentielle.
©Charles Platiau/Reuters
Emmanuel Macron se laisse aller à une déclaration ambiguë: il assimile l'organisation d'une primaire, de droite ou de gauche, à "la preuve" d'un "faible leadership", sans préciser s'il sera candidat à celle organisée dans son camp.

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron estime que l'organisation de primaires, à droite comme à gauche, sont "la preuve" d'un manque de leadership politique, selon des propos rapportés vendredi par Le Figaro.

"Les primaires, c'est la preuve du faible leadership de chaque côté", a assuré le ministre à une journaliste du quotidien, pendant un déplacement dans le Pas-de-Calais en début de semaine.

M. Macron, qui organisera le 12 juillet son premier meeting politique, avec son mouvement En marche!, ne précise pas s'il participera ou non à la primaire du PS et de ses alliés, ni s'il se portera candidat à la présidentielle en dehors de ce cadre.

Cette prise de position intervient alors qu'une candidature de François Hollande, au plus bas dans les sondages et contesté à l'intérieur du PS, semble de plus en plus probable en 2017.

"J'ai toujours respecté les gens du PS, y compris ceux qui ne sont pas d'accord avec moi; je comprends très bien que certains me voient comme un personnage qui n'est pas conforme aux promesses de 2012", assure M. Macron, cité par Le Figaro.

Mais "je ne fais pas ça pour être populaire, je fais ça pour changer les choses. Je me donne du mal et je le fais pour mon pays, pas pour un parti", ajoute le ministre, qui regrette par ailleurs que ses propos soient souvent sortis de leur contexte.

"Je connais le système médiatique, je sais la recherche du sensationnalisme. Ce n'est pas correct pour autant", estime le locataire de Bercy, habitué des prises de position polémiques et des déclarations retentissantes.

 

À LIRE AUSSI

Image
Emmanuel Macron de trois quart, un dossier à la main devant l'Elysée
Emmanuel Macron veut "plus de souplesse" sur les 35 heures
Emmanuel Macron n'en démord pas: les 35 heures ne sont pas un tabou. Elles doivent rester la base légale de durée hebdomadaire du travail, mais doivent être assouplies...
21 novembre 2014 - 08:23
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don