Mahjoubi renonce à briguer la mairie de Paris et rallie Villani

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 03 juillet 2019 - 18:37
Image
Mounir Mahjoubi le 21 février 2019 à Paris
Crédits
© BERTRAND GUAY / AFP/Archives
Mounir Mahjoubi se rallie à Cédric Villani.
© BERTRAND GUAY / AFP/Archives

Mounir Mahjoubi, qui faisait partie des prétendants LREM à la mairie de Paris, a annoncé qu'il préférait finalement renoncer à l'investiture. Il se rallie à Cédric Villani.

 

Il se rallie à la lavallière colorée de son ancien adversaire. Mounir Mahjoubi retire sa candidature à la mairie de Paris et apporte son soutien à Cédric Villani dans la course à l’investiture de La République en Marche.

"Je connais Cédric depuis très longtemps. Ces derniers mois, à l'occasion de la campagne pour les élections municipales, on a eu l'occasion de se rapprocher, de formuler des propositions qui étaient très souvent convergentes", a-t-il expliqué dans un entretien au journal Le Parisien. Et de poursuivre: "Cet ensemble de propositions a un nom: c'est l'écoprogressisme et c'est le seul projet qui peut nous permettre de battre Anne Hidalgo. Comme on porte les mêmes valeurs, il ne fallait pas gâcher les choses et être capables de les faire entendre le plus fort possible".

Lire aussi – Villani : aucun candidat n'est "plus légitime qu'un autre" pour Paris

Cinq "marcheurs" sont encore sur les rangs - Cédric Villani mais aussi le favori Benjamin Griveaux, Anne Lebreton, Hugues Renson et Antonio Duarte.

Benjamin Griveaux a quitté son poste de porte-parole du gouvernement pour se consacrer à la bataille de l'investiture. Dans cette course à, il a reçu les soutiens de Julien Denormandie, celui de la secrétaire d'Etat en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, de celle chargée de la transition écologique et solidaire Brune Poirson et du sénateur Julien Bargeton.

La Commission nationale d'investiture de LREM doit trancher en juin entre les postulants, mais il est vraisemblable qu'Emmanuel Macron soit lui-même l'ultime juge de paix. Les concurrents de Benjamin Griveaux, le plus connu du lot et le plus proche du président, se plaignent de la procédure, à leurs yeux trop opaque et trop précipitée, qui favoriserait l'ex-porte-parole du gouvernement.

Voir:

Municipales à Paris: Denormandie apporte son soutien à Griveaux

Cédric Villani "candidat à la candidature" à Paris

Municipales: Villani "prépare un projet pour Paris"