Maintien de l’ordre : vendredi, Emmanuel Macron prônait la transparence et la désescalade

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 07 décembre 2020 - 12:56
Image
Manifestation à Paris contre la précarité et pour les libertés, le 5 décembre 2020
Crédits
© Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Emmanuel Macron s'est exprimé vendredi sur le maintien de l'ordre avant les manifestations du week-end
© Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Comme d’habitude désormais, les images des manifestations de samedi contre la loi Sécurité globale, qui ont encore rassemblé des dizaines de milliers de personnes dans toute la France, ont été éclipsées par celles des scènes de violences, d’affrontements, de dégradations. 
 
Le week-end des politiques de tous bords a donc été occupé par des petites phrases et autres tweets, et ce lundi matin, on apprend par Le Figaro que « le ministre de l’Intérieur étudie la possibilité d’interdire de manifester toute personne déjà connue des services de police menaçant de trouble à l’ordre public ». 
 
Or cette potentielle interdiction constituait justement l’essence de l’article 3 de la loi anti-casseurs d’avril 2019, celui-là même qui avait été censuré par le Conseil constitutionnel. 
 
La réponse de Gérald Darmanin face aux violences dans les manifestations serait donc purement sécuritaire, lui qui défend bec et ongles le Schéma national du maintien de l’ordre actuel. Une gestion du maintien de l’ordre unique en Europe, comme l’a expliqué le média en ligne Brut dans une vidéo. 
 
La généralisation des caméras-piétons en juin
 
Sur Brut, justement, Emmanuel Macron, a ouvert une autre porte vendredi après-midi. Dans la première partie de l’interview, consacrée aux violences policières, ou « violences des policiers » pour le chef de l’Etat, le président de la République a évoqué la nécessité d’une meilleure formation des forces de l’ordre (que défend aussi Gérald Darmanin) et le besoin de transparence.
 
C’est ainsi qu’il a annoncé la généralisation des caméras-piétons pour les policiers et gendarmes dès le mois de juin. Et que l’on a appris au passage que le gouvernement a dû repasser commande car les premières n’avaient que trois heures d’autonomie.
 
Emmanuel Macron a également défendu le principe de la désescalade, telle qu’elle se pratique notamment en Allemagne. Selon lui, les forces du maintien de l’ordre ont besoin de « davantage de médiateurs ».
 
Une méthode appliquée, notamment, en Allemagne, comme l’explique cette autre vidéo de France Télévisions, diffusée début 2019.
 

 

À LIRE AUSSI

Image
Manifestation à Paris
Violences lors de la Marche des Libertés à Paris
Samedi 5 décembre 2020, une nouvelle manifestation contre la loi sécurité globale a vu se mobiliser une dizaine de milliers de personnes dans les rues de la capitale. ...
06 décembre 2020 - 14:29
Politique
Image
Les manifestations contre la Loi Sécurité Globale a réuni entre 130 000 et 500 000 personnes en France le 28 novembre 2020
Manifestation du 5 décembre contre la Loi Sécurité Globale : forte mobilisation en vue, les commerçants inquiets
De nombreuses manifestations sont attendues dans toute la France ce samedi 5 décembre pour demander le retrait de la Loi de Sécurité globale. Une perspective inquiétan...
03 décembre 2020 - 13:27
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.