Manifestations: le Défenseur des Droits réclame l'interdiction du Flash-Ball

Manifestations: le Défenseur des Droits réclame l'interdiction du Flash-Ball

Publié le 21/07/2015 à 19:40 - Mise à jour à 19:44
©Sylvain Szewczyik/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Jacques Toubon recommande l'interdiction du Flash-Ball lors des manifestations et demande un moratoire général sur son usage, quel qu'en soit le contexte, au vu de la "gravité des lésions" que son utilisation peut causer.

C'est par le biais d'un rapport très sévère remis à Bernard Cazeneuve que le Défenseur des Droits, Jacques Toubon recommande l'abandon du Flash-Ball comme outil de maintien de l'ordre "dans un contexte de manifestation publique". Une demande qui s'appuie sur le fait que cet objet est "imprécis et provoque de graves lésions".

"Il est manifeste que le Flash-Ball n'est pas une arme véritablement adaptée au maintien de l'ordre", note-t-il dans cette décision de 18 pages. En 2013 et 2014, le Défenseur des Droits a été saisi de sept dossiers faisant état "de blessures graves ou infirmité permanente qui seraient causées par un tir de lanceur de balles de défense". Récemment, un adolescent de 14 ans a été gravement touché aux testicules par un tir de Flash-Ball à Argenteuil.

L’Inspection générale de la police, la police des polices, s’est elle-même prononcée en mai en défaveur de cette arme mise en service en 1995 et jugée trop "obsolète".

En plus de l'utilisation du Flash-Ball en manifestation qu'il souhaite voir interdire, Jacques Toubon défend également l'idée d’un moratoire général sur l’usage de la grande majorité des Flash-Ball qui équipent les forces de l’ordre.

Ne s'arrêtant pas là, le Défenseur des Droits s'en prend également au pistolet à impulsions électriques taser X26. Il regrette notamment que cette arme ne comporte plus de dispositif d’enregistrement audio ou vidéo. Pour Jacques Toubon, l’enregistrement audio et vidéo est essentiel pour les agents comme pour les citoyens.

Selon Jacques Toubon, l’usage actuel de ces armes, Flash-Ball et taser, ne garantit pas le droit des personnes au respect de leur intégrité physique.

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jacques Toubon, le Défenseur des Droits, s'en prend à l'utilisation du Flash-Ball.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-