Manuel Valls et le 49-3: "la France a besoin d'autorité"

Manuel Valls et le 49-3: "la France a besoin d'autorité"

Publié le 17/02/2015 à 20:54 - Mise à jour le 18/02/2015 à 11:45
©Capture d'écran TF1
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Manuel Valls était l'invité du JT de TF1. Après avoir annoncé devant l'Assemblée nationale le recours à l'article 49-3 de la Constitution sur le projet de loi Macron, le Premier ministre s'est expliqué sur la décision prise par le gouvernement et a de nouveau évoqué l'intérêt de cette loi.

Après le coup de tonnerre politique, les explications. Quelques heures après avoir annoncé le recours à l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer en force la loi Macron, Manuel Valls est intervenu sur le plateau du journal télévisé de TF1. Face au flux de réactions et de critiques, le Premier ministre a tenu à s'expliquer sur cette décision. "Je crois que la France a besoin d'autorité. Nous ne pouvions pas jouer aux dés avec un texte aussi important. Avec la crise économique que nous traversons, nous devons utiliser tous les moyens pour que notre pays soit plus fort. Je ne pouvais pas me permettre qu'il y ait un échec ce soir. C'est pour cela que j'ai engagé ma responsabilité", a-t-il déclaré.

Dans ce contexte particulièrement tendu, Manuel Valls a pointé du doigt les frondeurs du PS. "Vous croyez que je vais perdre mon temps avec ceux qui ont d'autres objectifs et qui n'ont rien à voir avec l'intérêt général". Le Premier ministre a également attaqué les conservatismes de droite comme de gauche tout en évoquant l'intérêt de cette loi "bonne pour l'économie et pour l'emploi".

Face au risque de voir les députés voter contre cette loi, le gouvernement a préféré jouer la sécurité et l'autorité. Pour le Premier ministre, avoir recours au 49-3 n'est pas un échec. "L'échec aurait été que le texte ne soit pas adopté. Si la motion de censure est rejetée, ce texte va poursuivre son chemin. Ma mission est de faire en sorte que le pays avance", a-t-il poursuivi. "J'ai du carburant pour continuer, personne ne peut douter de notre détermination, nous continuerons les réformes jusqu'au bout, jusqu'en 2017", a déclaré Manuel Valls qui s'est dit ne pas accepter "l'immobilisme, les conservatismes".

Au centre de toutes les critiques, l'article 49-3 de la Constitution permet que soit adopté un projet de loi sans vote, sauf si une motion de censure est déposée dans les 24 heures. Par la voix de son président Christian Jacob, le groupe UMP a d'ores et déjà annoncé qu'il déposerait cette motion de censure --qui, si elle devait aboutir, entraînerait la démission du gouvernement. Elle sera discutée jeudi 19.

C'est la première fois depuis 2006 qu'un Premier ministre engage ainsi la responsabilité de son gouvernement. A l'époque il s'agissait de Dominique de Villepin, Premier ministre de Jacques Chirac, pour le projet de loi instaurant le CPE (Contrat première embauche).

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"J'ai du carburant pour continuer", a déclaré Manuel Vall au journal de 20 heures sur TF1.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-