Manuel Valls et le 49-3: "la France a besoin d'autorité"

Auteur(s)
AZ
Publié le 17 février 2015 - 21:54
Mis à jour le 18 février 2015 - 12:45
Image
Manuel Valls au 20 heures, mardi 17.
Crédits
©Capture d'écran TF1
"J'ai du carburant pour continuer", a déclaré Manuel Vall au journal de 20 heures sur TF1.
©Capture d'écran TF1
Manuel Valls était l'invité du JT de TF1. Après avoir annoncé devant l'Assemblée nationale le recours à l'article 49-3 de la Constitution sur le projet de loi Macron, le Premier ministre s'est expliqué sur la décision prise par le gouvernement et a de nouveau évoqué l'intérêt de cette loi.

Après le coup de tonnerre politique, les explications. Quelques heures après avoir annoncé le recours à l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer en force la loi Macron, Manuel Valls est intervenu sur le plateau du journal télévisé de TF1. Face au flux de réactions et de critiques, le Premier ministre a tenu à s'expliquer sur cette décision. "Je crois que la France a besoin d'autorité. Nous ne pouvions pas jouer aux dés avec un texte aussi important. Avec la crise économique que nous traversons, nous devons utiliser tous les moyens pour que notre pays soit plus fort. Je ne pouvais pas me permettre qu'il y ait un échec ce soir. C'est pour cela que j'ai engagé ma responsabilité", a-t-il déclaré.

Dans ce contexte particulièrement tendu, Manuel Valls a pointé du doigt les frondeurs du PS. "Vous croyez que je vais perdre mon temps avec ceux qui ont d'autres objectifs et qui n'ont rien à voir avec l'intérêt général". Le Premier ministre a également attaqué les conservatismes de droite comme de gauche tout en évoquant l'intérêt de cette loi "bonne pour l'économie et pour l'emploi".

Face au risque de voir les députés voter contre cette loi, le gouvernement a préféré jouer la sécurité et l'autorité. Pour le Premier ministre, avoir recours au 49-3 n'est pas un échec. "L'échec aurait été que le texte ne soit pas adopté. Si la motion de censure est rejetée, ce texte va poursuivre son chemin. Ma mission est de faire en sorte que le pays avance", a-t-il poursuivi. "J'ai du carburant pour continuer, personne ne peut douter de notre détermination, nous continuerons les réformes jusqu'au bout, jusqu'en 2017", a déclaré Manuel Valls qui s'est dit ne pas accepter "l'immobilisme, les conservatismes".

Au centre de toutes les critiques, l'article 49-3 de la Constitution permet que soit adopté un projet de loi sans vote, sauf si une motion de censure est déposée dans les 24 heures. Par la voix de son président Christian Jacob, le groupe UMP a d'ores et déjà annoncé qu'il déposerait cette motion de censure --qui, si elle devait aboutir, entraînerait la démission du gouvernement. Elle sera discutée jeudi 19.

C'est la première fois depuis 2006 qu'un Premier ministre engage ainsi la responsabilité de son gouvernement. A l'époque il s'agissait de Dominique de Villepin, Premier ministre de Jacques Chirac, pour le projet de loi instaurant le CPE (Contrat première embauche).

À LIRE AUSSI

Image
Manuel Valls.
Loi Macron: Manuel Valls passe en force en recourant à l'article 49-3
Face à la menace de voir la loi Macron rejetée à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a annoncé mardi après-midi recourir à l'article 49-3 de la Constitution, qui perme...
17 février 2015 - 17:40
Politique
Image
Emmanuel Macron de trois quart, un dossier à la main devant l'Elysée
Loi Macron: la gauche divisée à deux jours de la présentation du texte en Conseil des ministres
Emmanuel Macron présente son projet de loi "croissance et activité" mercredi 10 en Conseil des ministres. Mais une partie de la majorité s'oppose au texte du ministre ...
08 décembre 2014 - 21:00
Politique
Image
Emmanuel Macron.
Loi Macron: tout savoir sur le contenu de ce texte polémique
Travail le dimanche, professions règlementées, transports…: "fourre-tout" pour les uns, "texte transversal" pour les autres, la loi Macron s'annonce comme l'une des pl...
09 décembre 2014 - 12:56
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.