Manuel Valls exige que l'islam se coupe de ses pays d'origine et refuse les imams étrangers au Ramadan

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Manuel Valls exige que l'islam se coupe de ses pays d'origine et refuse les imams étrangers au Ramadan

Publié le 15/05/2018 à 18:31 - Mise à jour à 18:35
© PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Lundi, lors d'une rencontre avec une organisation patronale, Manuel Valls a critiqué la venue en France d'imams étrangers pendant le mois du Ramadan. Il a rappelé l'importance stratégique de la question de la formation des imams dans la réorganisation de l'islam français.

Il a confirmé sa position tranchée. Manuel Valls, l'ancien Premier ministre redevenu simple député apparenté LREM (sans en être membre) a affirmé lundi 14 son désir d'une réorganisation de l'islam pour qu'il devienne "français et européen" en se coupant de ses origines africaines.

"Il faut construire un islam français ou européen, et il faut couper tous les liens avec les pays tiers, même les pays d'Afrique, même l'Algérie, la Tunisie, le Maroc" a-t-il déclaré en marge d'une rencontre organisée avec Ethic, une organisation d'entreprises.

Manuel Valls semble particulièrement agacé par la pratique consistant pour des imams venus d'Afrique du Nord de venir en France lors du mois du Ramadan (dont on connaîtra le début ce mardi 15 au soir), moment majeur de la vie spirituelle des musulmans du monde entier. L'ancien chef du gouvernement dénonce enfin la formation des imams en France refusant que ce soit la structure Musulmans de France (ex-UOIF) qui se charge de cette tache. L'organisation est en effet soupçonnée de graviter dans la sphère d'influence des Frères musulmans.

Lire aussi - Ramadan: un mois propice aux attentats terroristes 

"Il faut aider ceux qui combattent les Frères musulmans, qui combattent les salafistes. Et il faut désigner les ennemis" a même lancé Manuel Valls qui lui nomme sans détour sa cible.

Outre le début du mois de Ramadan, ces propos s'inscrivent dans le contexte de la promesse de réorganisation de "l'islam de France" voulu par Emmanuel Macron avec, en ligne de mire, la question stratégique de la formation des représentants du culte.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Il faut construire un islam français ou européen" assure Manuel Valls.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-