Manuel Valls: "j'ai peur que mon pays se fracasse sur le Front national", clame le Premier ministre

Manuel Valls: "j'ai peur que mon pays se fracasse sur le Front national", clame le Premier ministre

Publié le 08/03/2015 à 12:56 - Mise à jour le 09/03/2015 à 11:07
©Andrea comas/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Manuel Valls a tiré à boulets rouges sur le Front national et Marine Le Pen, ce dimanche matin. Le Premier ministre a même évoqué sa "peur" de voir le FN arriver au pouvoir dès la présidentielle de 2017.

Le Front national serait aux portes du pouvoir, selon Manuel Valls. "Est-ce que vous ne pensez pas qu’un Front national qui fait 25 % aux élections européennes, peut-être 30 % aux départementales, et ainsi de suite, ne peut pas gagner l’élection présidentielle?", a ainsi prévenu le Premier ministre ce dimanche matin, lors du Grand Rendez-vous Europe 1, Le Monde, I-Télé.

Interrogé sur les sondages donnant le Front national en tête des rapports de force nationaux au soir du premier tour des élections départementales du 22 mars prochain, le Premier ministre a clamé sa "peur que le pays se fracasse sur le Front national", qui serait selon lui "aux portes du pouvoir". Une prédiction qui pourrait se réaliser "pas en 2022, pas en 2029, mais en 2017", a enfin assuré Manuel Valls.

"Mon angoisse, puis-je vous parler de mon angoisse, de ma peur pour le pays? C'est le FN à 30%, pas au deuxième tour, mais au premier tour des élections départementales", a-t-il encore insisté. Avant de "revendique(r) la stigmatisation de Marine Le Pen" car son parti "n'apporte aucune solution, ni pour les départements, ni pour le pays (...) et en plus, c'est un programme qui jettera les Français les uns contre les autres".

Le message est on ne peut plus clair: alors que les élections départementales s'annoncent très compliquées pour le Parti socialiste, Manuel Valls a fait –et ce depuis plusieurs semaines maintenant– du Front national l'ennemi de cette campagne. Le Premier ministre chercherait ainsi à ne pas se mettre à dos l'opposition UMP/UDI, qu'il ne critique que peu ces derniers temps, dans l'espoir d'un réflexe républicain de ces électeurs dans les départements où le FN pourrait l'emporter au soir du second tour du 29 mars. Mais aussi car il pense possible un même sursaut des élus de l'opposition durant les fameux "troisièmes tours" de désignation des présidents de départements.

Un pari osé, compte tenu de la porosité désormais établie entre les électorats UMP et FN, ainsi que sur la haine viscérale du "pouvoir socialiste" d'une bonne partie de l'opposition. Oui, mais c'est peut être la dernière carte du PS pour éviter une percée "sans précédent", selon les propres mots du chef du gouvernement, du parti de Marine Le Pen lors de cette élection. Un scrutin qui désignera les majorités départementales pour les six prochaines années.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je revendique la stigmatisation de Marine Le Pen", a martelé Manuel Valls ce dimanche 8 mars.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-