Manuel Valls veut des "community managers" pour contrer la propagande djihadiste

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Manuel Valls veut des "community managers" pour contrer la propagande djihadiste

Publié le 28/05/2015 à 07:52 - Mise à jour à 08:06
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Manuel Valls a annoncé mercredi 27 de nouveaux moyens pour contrer les discours des djihadistes sur Internet. Il prévoit notamment de lancer des "bataillons de community managers" pour combattre le recrutement et la radicalisation en ligne des jeunes.

Combattre le feu par le feu. Pour lutter contre les systèmes d'endoctrinement et de recrutement djihadistes par Internet, Manuel Valls veut mettre en place "un bataillon de community managers de l'Etat". Autrement dit un groupe de personnes spécialisées dans les échanges sur Internet, et dont le but sera de diffuser le plus largement possible la parole de l'Etat sur le sujet.

Un message destiné en priorité aux jeunes, cibles privilégiées des islamistes radicaux sur le Web. Nombre de djihadistes français se sont en effet radicalisés sur Internet. Sur cet espace difficillement contrôlable, les islamistes radicaux s'attaquent au discours officiel, lui substituant une théorie du complot dont certains jeunes sont friands. Manuel Valls lui-même reconnaît à regret que les outils de propagande des djihadistes sont "très bien faits, très efficaces".

Présent à l'Université Paris-Dauphine mercredi 27 pour la "Masterclass" organisée par le Huffington Post, le Premier ministre a déclaré ne plus vouloir "laisser (aux djihadistes, NDLR) l'espace numérique".

Dans un langage guerrier, il a expliqué que ces "bataillons" pourront grâce à "des  outils de contre-discours (…) croiser le fer plus efficacement avec les recruteurs djihadistes sur la toile pour ouvrir les yeux à ceux qui sont embarqués dans cette logique".

Parmi les personnels que veut recruter Manuel Valls pour cette bataille numérique, des policiers bien sûr, des techniciens, mais aussi des hackers (des pirates informatiques) capables de s'attaquer aux sites djihadistes.

Un site internet gouvernemental, stop-djihadisme, existe déjà pour informer la population sur le risque terroriste en France et les méthodes de recrutements. Mais il n'est pas spécialement conçu pour les jeunes en voie de radicalisation, "le cœur de cible" de cette nouvelle mesure.

Le Premier ministre a également déclaré que le nombre de résidents  français impliqués dans les actions de l'Etat islamique en Syrie et en Irak a augmenté en mai. Il est passé à 1.704 contre un bilan de 1.573 fin avril dernier.

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manuel ne veut plus "laisser l'espace numérique" aux djihadistes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-