Marion Maréchal Le Pen: "Alain Juppé est gaucho-compatible"

Auteur(s)
JmC
Publié le 14 novembre 2014 - 09:21
Image
Marion Maréchal-Le Pen invité de RTL le 14.11.14
Crédits
©Capture d'écran RTL
Marion Maréchal-Le Pen était l'invitée de RTL ce vendredi matin.
©Capture d'écran RTL
Marion Maréchal-Le Pen, invitée de RTL ce vendredi matin, a qualifié Alain Juppé de "gaucho-compatible" après ses déclarations en faveur de l'adoption pour les couples homosexuels. La députée du Vaucluse et membre du bureau politique du Front national ne se vexe pas, par ailleurs, de ne pas avoir de temps de parole au prochain congrès de son parti.

La mise en cause de trois élus UMP pour manquements à la transparence sur leur patrimoine

"C'est assez amusant de voir les responsables du PS demander la démission des trois élus UMP alors qu'eux-mêmes n'arrivent pas à obtenir celle de Thomas Thevenoud".

"On jette des noms en pâture à l'opinion publique (...), la justice médiatique a tendance à lyncher et à ne pas réhabiliter ensuite".

"Si les élus sont reconnus coupables (...), il est effectivement honnête et juste qu'ils démissionnent".

 

Les positions d'Alain Juppé en faveur de l'adoption pour les couples homosexuels

"Démarier les couples homosexuels n'a jamais été envisagé. Même au Front national, il n'a jamais été question de remettre en cause le mariage homosexuel".

"Alain Juppé a été interviewé par Les Inrockuptibles, qui est un journal de gauche, vous en conviendrez. La gauche, qui sait qu'elle ne sera pas au deuxième tour en 2017, donne des gages à une partie de la droite. Et Alain Juppé, qui est gaucho-compatible, donne des gages à cette gauche par ce genre de prises de position. C'est un homme qui sied au système, à gauche comme à droite".

"Des homosexuels, nous en avons dans nos rangs au Front national. Le mariage ou l'adoption, c'est loin d'être leur revendication première, ils veulent d'abord un boulot et un pays prospère".

 

La décision, prêtée à Florian Philippot, n°2 du FN, de ne pas lui accorder de temps de parole au prochain congrès du parti

"Je n'ai pas de temps de parole lors de ce congrès, c'est vrai. Je ne sais pas pourquoi, mais ça ne me dérange pas, cela permettra de faire émerger de nouveaux visages. Les Français et les adhérents me connaissent, ça ne me gêne pas".

"Je ne sais pas ce qui a orienté cette décision. (...) Mais je n'y vois pas un conflit (avec Florian Philippot, NDLR)".