"On me laisse crever": Bernard Tapie accuse Le Maire d''acharnement"

"On me laisse crever": Bernard Tapie accuse Le Maire d''acharnement"

Publié le 30/04/2018 à 16:36 - Mise à jour à 16:51
© BORIS HORVAT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Dans un entretien accordé à "Nice-Matin", Bernard Tapie reproche à Bruno Le Maire d'accélérer des procédures judiciaires à son encontre dans l'affaire de l'arbitrage du Crédit lyonnais.

Affaibli par un double cancer de l'œsophage et de l'estomac, Bernard Tapie n'en reste pas moins combatif, voire offensif dans une longue interview accordé à Nice-Matin, l'ancien patron d'Adidas revient longuement sur la maladie qui le touche et sur "l'acharnement" judiciaire et administratif dont il serait victime concernant ses affaires judiciaires liées au remboursement de l’arbitrage invalidé avec le Crédit Lyonnais. 

Première cible de sa colère, Bruno Le Maire "Le ministre des Finances est très au courant de la situation dans laquelle je suis et est parfaitement lucide quant aux conséquences que cela a sur ma maladie. Or il ne me lâche pas! Il ne me lâche pas un jour!", explique-t-il au quotidien. Et d'ajouter: " Il a laissé le CDR(le Consortium de réalisation, l'entité chargée de gérer le passif du Crédit lyonnais et dont l'Etat français est l'unique actionnaire, NDLR) tenter de me mettre en liquidation des biens alors que ça n'était pas recevable. Il a laissé insulter le tribunal qui avait refusé ma liquidation. C’est la vérité. On me laisse crever en accélérant des processus illégaux contre moi".

Voir - Arbitrage invalidé: Tapie devra-t-il rembourser plus vite que prévu? 

Et l'ancien patron de l'Olympique de Marseille de pointer du doigt la supposée passivité d'Emmanuel Macron et Édouard Philippe: "Je ne peux pas croire que le Premier ministre, que le président de la République puissent laisser faire une chose pareille".

Celui qui a également été ministre de François Mitterrand ne se laisse toutefois pas abattre et affirme continuer à lutter contre la maladie qui le ronge: "même si j’ai plein de raisons de ne pas y croire, j’y crois quand même. Ce n’est pas de la méthode Coué, ce n’est pas vraiment mon genre. Je crois à Dieu, mais pas au père Noël".

Lire aussi - Tapie: un plan de remboursement invalidé, mais sans liquidation judiciaire

En 1992, Bernard Tapie avait mandaté le Crédit Lyonnais pour revendre la marque Adidas. La banque s'était porté acquéreuse d'une partie, avant de la revendre rapidement pour un prix bien supérieur. Une transaction qui avait conduit l'homme d'affaires à attaquer la banque, entre-temps placée sous la tutelle d'une structure publique.

Finalement, en 2008, Christine Lagarde (à l'époque, ministre des Finances) avait préconisé de régler l'affaire par l'intermédiaire d'un tribunal arbitral privé. Un arbitrage lors duquel Bernard Tapie avait perçu plus de 400 millions d'euros. Mais en décembre 2015, la justice a annulé cet arbitrage conduisant l'homme d'affaires à devoir rembourser la somme perçue.

En mai dernier, la cour de cassation, la plus haute de la juridiction française, a confirmé cette décision.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Selon Bernard Tapie, le ministre de l'Économie s'acharne sur lui dans l'affaire du Crédit Lyonnais.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-