Mélenchon sur le quinquennat de Hollande: "c'est encore pire que ce que j'annonçais"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Mélenchon sur le quinquennat de Hollande: "c'est encore pire que ce que j'annonçais"

Publié le 01/11/2016 à 12:15 - Mise à jour à 12:17
©Revelli-Beaumont/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Dans un entretien accordé au "Figaro" et publié ce mardi, Jean-Luc Mélenchont tire à boulets rouges sur François Hollande et sur un quinquennat aux résultats "encore pire que ce que j'annonçais". Le candidat à la présidentielle, parfois considéré comme "troisième homme" dans les sondages, tacle également la primaire de la gauche ou Emmanuel Macron.

Jean-Luc Mélenchon, cofondateur du Parti de gauche, juge que le président François Hollande "reste le personnage-clef du PS" et qu'il sera candidat à sa succession avec une "logique assez simple", à savoir "lui ou le chaos", dans un entretien publié ce mardi 1er par Le Figaro.

"Je suis un opposant de la première heure et donc peu surpris par la façon dont ce quinquennat se termine avant la date. On m'a beaucoup reproché au début de dire crûment les choses mais on s'aperçoit à la fin du quinquennat que c'est encore pire que ce que j'annonçais", déclare M. Mélenchon, lui-même candidat à l'élection présidentielle.

"Pour autant", insiste-t-il, "François Hollande n'a rien perdu de sa centralité, il ne faudrait pas s'y tromper". A ses yeux, "il reste le personnage clef du PS, sa clef de voûte et son point de rencontre le plus évident. Sa logique est assez simple: au PS, c'est lui ou le chaos!"

"Ou il se présente et il n'y aura qu'un seul candidat socialiste, ou il ne se présente pas et il y en aura plusieurs. Dans tous les cas, je me sentirai conforté dans le choix que j'ai fait de partir tôt et de construire une opinion informée et éduquée autour de ma candidature", ajoute le député européen.

Il réaffirme au passage son opposition résolue au mécanisme des primaires pour désigner les candidats à l'élection suprême. "Les primaires n'ont jamais été démocratiques. C'est un tamis social pour désigner des leaders normalisés sous la pression de sondages", juge-t-il.

Alors qu'il se classe parfois en troisième position dans les sondages d'intentions de vote pour la présidentielle, M. Mélenchon souligne "tout le chemin qu'il reste à faire". "Mais il est vrai qu'à partir du moment où je suis troisième dans le tableau, mon rôle change (...) Tout est mis en doute. Il y a un lien entre la perte d'autorité de l'État, les manifestations de nuit des policiers et la décrédibilisation totale du président de la République. Alors, je rassure", affirme celui qui se "positionne comme vainqueur de l'élection" présidentielle.

Quid de la posture anti-partis d'Emmanuel Macron ? "Il est d'une autre nature. M. Macron, c'est la droite moderne. Mais sa position n'est pas ancrée dans la profondeur du peuple français alors que je me trouve à l'intersection de familles culturelles inscrites dans le temps long de notre histoire: les républicains, la gauche, les Lumières. Lui est un ultralibéral au sens économique: c'est un ancrage très fragile en France. Il est plus en compétition avec M. Sarkozy qu'avec moi", argumente-t-il.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Pour Jean-Luc Mélenchon, la "logique" de François Hollande pour 2017 est "lui ou le chaos".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-