Menaces de mort contre Mélenchon: le leader insoumis réclame des comptes à Collomb

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 04 avril 2018 - 10:22
Image
Jean-Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise, le 23 janvier 2018 à l'Assemblée nationale, à Paris
Crédits
© Philippe LOPEZ / AFP/Archives
Jean-Luc Mélenchon demande des explications au ministre de l’Intérieur sur les menaces qui ont pesé sur lui pendant la présidentielle.
© Philippe LOPEZ / AFP/Archives
Jean-Luc Mélenchon a demandé des explications au ministre de l’Intérieur sur les menaces de mort qui ont pesé sur lui pendant la présidentielle, emmenant d'un groupuscule d'extrême droite. Le leader insoumis estime qu'il aurait dû être mis au courant.

Il aurait voulu être au courant au moment des faits. Jean-Luc Mélenchon, par la voix de son avocat, a demandé des explications au ministre de l’Intérieur dans le cadre d’une enquête sur des menaces de mort dont il a fait l’objet pendant la campagne présidentielle.

En effet, le leader de la France insoumise avait été visé par des menaces d'attentats d'un groupuscule d'extrême droite baptisé "OAS" (du nom de l'Organisation Armée secrète pendant la guerre d'Algérie), fédérée autour de Logan Nisan, un ancien militant de l'Action française et de divers groupes d'ultra-droite. Arrêté en juin 2017 par les forces de l'ordre, ce dernier, admirateur du terroriste norvégien Anders Breivik et du nazisme et fasciné par les armes à feu, avait avoué envisager de commettre des attentats contre Jean-Luc Mélenchon et Christophe Castaner, à l’époque maire de Forcalquier (Bouches-du-Rhône).

Lire aussi - Projet d'attentats d'extrême droite: Logan N., leader présumé du groupe, s'était vu proposer un poste au FN

Il souhaitait également s'en prendre à des lieux de cultes musulmans, un restaurant indien ou à des migrants. Au total, 10 hommes dont deux mineurs ont été interpellés en octobre dernier en Seine-Saint-Denis et dans les environs de Marseille dans le cadre d'une enquête menée par la Sous-direction de la lutte anti-terroriste de la police judiciaire (SDAT) et de la Direction générale du renseignement intérieur (DGSI). Des armes avaient été saisie à l'occasion.

C’est à la suite de ce coup de filet que Christophe Castaner et Jean-Luc Mélenchon apprennent que leurs noms étaient mêlés à cette affaire. Et celui qui a entre-temps été élu député des Bouches-du-Rhône avait alors fait savoir au ministre de l'Intérieur qu'il "aurait aimé être au courant". Réponse de Gérard Collomb: "les cibles n’étaient pas aussi précises que cela" et "des gens de la DGSI (les services de renseignement intérieur), devaient suivre (Mélenchon) de manière à le protéger".

Néanmoins, comme le révèle Le Parisien, la France insoumise ne semble pas vouloir en rester là. Le parti envisagerait de porter plainte si aucune explication n’est donnée par l’Intérieur. Contacté par Le le quotidien, le cabinet du ministre n’a pas souhaité réagir.

 

À LIRE AUSSI

Image
Les hommes du RAID durant un exercice.
Terrorisme: 10 arrestations, Mélenchon et Castaner auraient été visés [MAJ]
Au total, 10 hommes dont deux mineurs ont été interpellés ce mardi à Marseille (Bouches-du-Rhône) et en Seine-Saint-Denis. Ils sont soupçonnés d'avoir pris part à des ...
17 octobre 2017 - 20:14
Société
Image
Un policier de dos.
Dijon: un groupe d'extrême droite exige la libération des terroristes présumés liés à Logan Nisin
Le groupuscule d'ultra-droite qui a revendiqué les attaques au marteau à Dijon et Chalon-sur-Saône au mois de septembre a adressé, mardi, des exigences par mail. Il ré...
08 novembre 2017 - 18:46
Société
Image
Un homme du Raid.
Projet d'attentats d'extrême droite: Logan N., leader présumé du groupe, s'était vu proposer un poste au FN
Logan Nisin, leader présumé du groupuscule d'extrême droite interpellé mardi et suspecté de préparer des projets d'attentats, aurait été approché en mars dernier par l...
18 octobre 2017 - 09:56
Société