Michel Sapin sur la Grèce: "nous ne sommes pas des créanciers, c'est de la solidarité"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Michel Sapin sur la Grèce: "nous ne sommes pas des créanciers, c'est de la solidarité"

Publié le 17/07/2015 à 08:34 - Mise à jour à 09:06
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): RT

-A +A

Michel Sapin était ce vendredi matin l’invité d’Europe1. Le ministre des Finances est surtout revenu sur la question de l'allègement de la dette grecque et sur le couple franco-allemand.

Alléger la dette grecque

"Je suis d’accord avec le FMI".

"C’est la différence avec ceux qui voulaient supprimer la dette".

"Je ne pouvais pas accepter ça: nous voulons que ceux qui ont fait acte de solidarité puissent retrouver leur argent".

"C’était la position singulière de la France".

"J'entends souvent le terme de créanciers. Mais nous ne sommes pas des créanciers, c’est de la solidarité".

"Dans les trois semaines qui viennent, nous allons discuter de comment remettre l’économie grecque sur les railles".

"C’est aussi pour nous Européens et nous Français. On a une croissance qui reprend, ce n’est pas le moment d’inquiéter, de pousser telle ou telle entreprise à reculer".

"C’est bon aussi pour notre économie".

 

On a l’impression que personne n’a parlé de l’allégement de la dette lors des négociations à Bruxelles. Pourquoi ?

"Ce qui heurtait tout le monde, car c’était une atteinte à l’intérêt de nos citoyens, c’était de supprimer de la dette, ce n’était pas possible".

"Mais depuis des semaines nous avons mis sur la table le fait de repenser la dette".

 

Certains disent que ce nouveau plan est insoutenable pour la Grèce.

"On entend toujours ceux qui sont contre et jamais ceux qui sont pour".

"Mais ce plan a été préparé par des économistes".

"L’économie grecque est à l’arrêt totale, il n’y a plus une importation, 80% de l’énergie est importée, il n’y en a plus, il y a des usines fermées à cause de cela. Il faut mettre fin à tout cela. Pour apporter un peu d’action et d’espoir aux Grecs".

 

Le ministre des Finances allemand évoque encore un Grexit temporaire de la zone euro

"Ce n’est pas ce que Wolfgang Schäuble dit en ce moment à son Parlement".

"Chez nous nous avons voté ce nouveau plan mais ce n’était pas nécessaire, en Allemagne c’est nécessaire".

"Je pense que l'idée d'un Grexit temporaire est une illusion: on est dans une monnaie ou on ne l’est pas. Cela n’existe pas. Ce n’est pas possible. L’union monétaire est irrévocable, à condition que chacun en respecte les termes, c’est ce que nous demandons aujourd’hui aux Grecs".  

 

Le couple Franco-allemand

"Est-ce qu’il faut que la France soit toujours alignée derrière l’Allemagne? C’est arrivé, je me souviens du terme +Merkozy+".

"Mais on a le droit d’avoir une pensée, une expression, une singularité d’un côté comme de l’autre, et ensuite il faut converger".

"C’est ce qu’on fait pour que l’Europe puisse s’en sortir".

 

Une rumeur circule sur le retour à la TVA à 5% pour les métros, les bus, les TER

"Cette rumeur revient comme ça, de temps en temps, mais ça coute un peu cher".

"Il faut être serieux budgétairement, diminuer nos déficits, les impôts qui pèsent sur nos entreprises".

"Ce n’est pas un sujet sur ma table".

 

La nouvelle rémunération du livret A

"J’attends que le gouvernement de la Banque de France nous appelle". 

 

Auteur(s): RT


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Pour le ministre des Finances, Michel Sapin, un Grexit temporaire de la zone euro est impossible.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-