Mistral: le remboursement à la Russie pourrait s'élever à près de 2 milliards

Mistral: le remboursement à la Russie pourrait s'élever à près de 2 milliards

Publié le 12/08/2015 à 17:36 - Mise à jour à 17:58
Stéphane Mahe/reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): RT
-A +A

Alors que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait annoncé début août que la France rembourserait "moins de 1,2 milliard d'euros" à la Russie suite à l'annulation de la vente de deux navires de guerre Mistral, le "Canard Enchaîné" révèle ce mercredi que la facture pourrait atteindre près du double.

"Moins de 1,2 milliard d’euros". C’est ce qu’avait promis le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian au sujet du remboursement de la France à la Russie suite à l’annulation de la vente de deux navires de guerre Mistral. En effet, d’après ses déclarations, l’accord obtenu le 5 août avec le Kremlin après huit mois de bras de fer diplomatique prévoyait le strict remboursement du prix d’achat initial du bateau. Mais, selon les calculs du Canard Enchaîné, la facture sera bien plus élevée puisqu’elle devrait atteindre plus du double, soit près de 2 milliards d’euros.

Alors que le communiqué de l’Elysée assure que le remboursement des Mistral concerne "exclusivement (...) les sommes avancées au titre du contrat", l’hebdomadaire révèle dans son édition de ce mercredi 12 que si la France a déjà remboursé les quelque 869 millions qui avaient avancés été par Moscou, elle doit encore payer pour un certains nombre de frais indirects, également engagés par la Russie.

Ainsi, selon le Canard, Paris devra également rembourser les frais engagés pour que le port de Vladivostok puisse accueillir les bateaux, l’adaptation de 32 hélicoptères K52 qui devaient être emportés par les navires, ainsi que la formation de 400 marins russes pendant un an et demi. Si la Russie réclamait à l'origine 300 millions pour ces chantiers, la France s'est tire pour moins de 100, écrit Le Canard enchaîné

Par ailleurs, Paris devra également payer, comme promis, la marge escomptée par la DNCS, le groupe industriel public constructeur des Mistral, soit 350 millions d’euros (dont une centaine déjà réglés). Puis, afin de pouvoir les vendre à d’autres potentiels acquéreurs, Paris devra "dé-russifier" ses Mistral totalement équipés aux standards russes (équipements, télécoms, documentation...) pour les remettre aux normes de l'Otan (200 millions d’euros). Cette opération, qui durera six mois, devrait aussi peser en frais de gardiennage et d’entretien des navires dans le port de Saint Nazaire (cinq millions par mois).

Et, en plus de ces dépenses, le Canard se penche également sur le manque à gagner: divers contrats sur la construction des deux navires impliquant la DCNS, Thales et Safran pour un total de 450 millions, sur la maintenance pendant 30 ans de bateaux s'élevant aux alentours de 400 millions d'euros, et aussi sur un accord avec les chantiers OSK pour la construction de navires câbliers pour 450 millions d'euros. Ainsi, en tout, la facture pourrait s’élever à 1,8 milliard d’euros, estime le journal.  

Les termes de l’accord franco-russe conclu début août n’ont pas encore été rendus publics. Ils devraient être précisés en septembre, au moment de l’examen du texte par le Parlement, a annoncé ce mercredi le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone, assurant "qu’on s’en tire très bien".

 

Auteur(s): RT

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un navire Mistral à Saint Nazaire (Loire-Atlantique).

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-