Moralisation politique: le gouvernement devra-t-il organiser un référendum pour faire adopter la réforme?

Moralisation politique: le gouvernement devra-t-il organiser un référendum pour faire adopter la réforme?

Publié le 02/06/2017 à 11:16 - Mise à jour à 11:22
© Jacques DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le ministre de la Justice François Bayrou a détaillé le dispositif que prévoit le gouvernement pour "moraliser" la vie politique. Mais certaines dispositions nécessitent une réforme constitutionnelle, avec en ligne de mire la possibilité de devoir organiser une nouvelle élection, à savoir un référendum.

François Bayrou a été ferme lors de sa conférence de presse du jeudi 1er juin. Malgré de nombreuses questions de journalistes, il a surtout voulu parler du "texte" (son contenu) que du "contexte" (le cadre dans lequel il sera adopté) concernant l'ensemble des projets de réforme de la vie politique. Une approche qui a permis de laisser relativement de côté un point crucial: comment le gouvernement compte-t-il faire adopter la réforme constitutionnelle pour que son "projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique" puisse être intégralement adopté?

Il existe au moins trois mesures présentées par le ministre de la Justice qui nécessitent en effet de revoir la Constitution de la Ve République. Primo, le souhait que les anciens présidents ne soient plus membres de droit du Conseil constitutionnel; secundo, la limitation du nombre de mandats consécutifs à une fonction élective (trois mandats en l'occurrence); tertio, l'interdiction de cumuler un poste dans le gouvernement et la tête d'un exécutif local. Le tout en plus de mesures qui pourraient rester à annoncer (comme un non-cumul des mandats dans le temps).

Or, réformer la Constitution française est chose possible, mais pas toujours aisée. Deux dispositifs sont possibles. Le premier est de réunir en Congrès l'Assemblée nationale et le Sénat et faire voter la réforme constitutionnelle avec au moins trois cinquièmes des voix des élus. Nicolas Sarkozy l'avait fait en 2008 pour sa réforme de la modernisation du travail parlementaire qui n'est passée qu'à deux voix près. François Hollande, lui, a finalement renoncé pour sa proposition de réforme incluant l'indépendance du parquet ou le statut du chef de l'Etat. Emmanuel Macron va donc regarder avec attention l'Assemblée nationale qui sortira des urnes en juin, mais aussi l'évolution du Sénat lors du scrutin de septembre, la Chambre haute favorisant les partis bien installés (ce qui n'est pas encore le cas de LREM).

Autre solution, plus directe: le référendum. La vox populi permet en effet de faire évoluer la Constitution sans avoir à passer par les parlementaires (et donc même en cas de résultats peu favorables aux élections). Mais la manœuvre est toujours risquée. D'une part, les observateurs politiques considèrent souvent que la réponse à un référendum est rarement centrée uniquement sur la question de la réforme posée mais reste largement attachée à la popularité de l'exécutif en place (avec en mémoire le souvenir cuisant de celui de 2005 sur le traité établissant une constitution pour l'Europe). D'autre part, cela signifierait l'organisation, à une échéance assez rapide, d'un nouveau scrutin, après une période quasiment ininterrompue depuis 2016 et le début des primaires, ce qui pourrait démotiver les électeurs. En 2000, le référendum sur le quinquennat, une mesure populaire (le "oui" l'avait emporté à 73,21%) comme l'est sans doute une "moralisation" politique, avait affiché une abstention de… 69,81%.

François Bayrou n'est peut-être pas hostile à cette idée: en 2012, alors candidat MoDem pour la présidentielle, il avait proposé l'organisation d'un référendum pour une "moralisation de la vie politique". Mais la décision finale appartiendra à Emmanuel Macron.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La réforme de la Constitution nécessitera soit un vote des deux chambres réunies en Congrès, ou un référendum.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-