Mort de Shimon Peres: les réactions de la classe politique française

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Mort de Shimon Peres: les réactions de la classe politique française

Publié le 28/09/2016 à 12:17
©World Economic Forum
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La mort de Shimon Peres a provoqué une vague d'hommages de la classe politique française, dans tous les camps. C'est avant tout l'homme de paix qui a été salué.

Les réactions politiques suite au décès de Shimon Peres ont été nombreuses. Tour d'horizon.

- Nicolas Sarkozy, ancien président de la République et candidat à la primaire de la droite: "Shimon Peres était un homme exceptionnel, dont l'intelligence et la sagesse n'avaient d'égal que sa simplicité et sa profonde humanité. Depuis des années, nous avions pris l'habitude de nous rencontrer souvent. Je suis honoré d'avoir pu le connaître et fier d'avoir été son ami. (...) Avec le décès de Shimon Pérès, Israël perd un grand un homme d’État, inlassable promoteur de la paix, la France un ami fidèle, l'humanité une conscience". (communiqué)

- Gérard Larcher, président LR du Sénat: "C'est un homme qui a cru profondément à la paix, même si comme toute cette génération qui a construit Israël, il a dû faire la guerre. (…) Il n'aura pas vu la paix s'établir, son rêve. Peut-être ne devons-nous pas être des désespérés de la paix, y compris dans un Moyen-Orient totalement embrasé. C’est peut-être ça le message de Shimon Peres". (sur iTELE)

- Claude Bartolone, Président (PS) de l'Assemblée nationale: "Israël et le monde perdent avec Shimon Peres, géant de l'Histoire, un grand ami de l'Humanité". (Communiqué)

- Anne Hidalgo, maire (PS) de Paris: "Très triste d'apprendre ce matin la mort de Shimon Peres, infatigable défenseur de la paix, homme de dialogue et ami fidèle de Paris". (Twitter)

- Christine Taubira, ancienne garde des Sceaux: "Shimon Peres s'en va. Me revient le courage monumental d'Yitzhak Rabin. Oslo n'a jamais semblé si loin, la paix si improbable". (Twitter)

- Parti socialiste: "Shimon était un ami de la France et un camarade socialiste de longue date, même si dans les dernières années de sa vie, il quitta le parti travailliste. Il avait été un ami de Guy Mollet, de François Mitterrand et de Lionel Jospin. (...) Très engagé dans l'Internationale socialiste, Peres ne renonça jamais à construire les outils d'une paix juste et durable avec les voisins arabes d'Israël en général et le peuple palestinien en particulier". (communiqué)

- Emmanuel Macron, président du mouvement "En Marche": "Shimon Peres m'avait dit qu'on est jeune aussi longtemps que la somme de nos rêves dépasse celle de nos réalisations. Il nous quitte donc sans avoir jamais vieilli." (Twitter)

- Alain Juppé, ancien Premier ministre (LR), candidat à la primaire de droite: "Shimon Peres était un combattant inlassable, profondément patriote, artisan de paix. Un ami de la France. Condoléances au peuple israélien." (Twitter)

- François Fillon, ancien Premier ministre (LR), candidat à la primaire de droite: "Avec la mort de Shimon Peres, Israël perd une grande figure de son histoire. Son destin exceptionnel épousa celui de son pays. Shimon Peres fut un combattant qui cherchait la paix." (Twitter)

- Nathalie Kosciusco-Morizet, ancienne ministre (LR), candidate à la primaire de droite: "Shimon Peres. Persévérance, travail, compréhension. Un vrai homme de paix qui aura toujours demandé à son peuple de préparer l'avenir". (Twitter)

- Bruno Le Maire, ancien ministre (LR), candidat à la primaire de la droite: "Il avait le sourire et la gravité des hommes de paix, hommage au combattant, à l'homme d'Etat et à une figure d'Israël." (Twitter)

- François Bayrou, président du Modem: "Shimon Peres voyait loin, sage et juste. C'était un homme d'État, pas seulement pour Israël ; c'était un homme d'État pour toute l'humanité." (Twitter)

- Marine Le Pen, présidente du Front National: "Hommage à Shimon Peres, qui a cherché une paix qui reste à construire". (Twitter)

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les hommage saluent un homme de "paix".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-