Myriam El Khomri: "je n'ai de leçon à recevoir de personne"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Myriam El Khomri: "je n'ai de leçon à recevoir de personne"

Publié le 08/03/2016 à 08:32 - Mise à jour à 08:33
©Capture d'écran RTL
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Myriam El Khomri était l'invitée de RTL ce mardi matin. Alors que Manuel Valls a démarré lundi les concertations avec les partenaires sociaux autour de la réforme controversée du Code du travail, la ministre est revenue sur les améliorations qui pourraient être apportées au texte puis a tenté de convaincre les jeunes de la nécessité de cette loi.

Manque d'expérience de la ministre pour livrer cette bagarre au sommet

"Je pense que c'est une vraie chance de servir mon pays. J'ai pris ses fonctions il y a six mois. Je me suis attelée à améliorer la formation, notamment des demandeurs d'emplois, et à améliorer notre système d'apprentissage. Maintenant, il y a cette loi. Notre pays a besoin de réformes structurelles. Cette loi répond à la situation de notre pays".

"Nous avons un taux de chômage qui va au-delà des 10%, c'est le même taux de chômage qu'il y a 20 ans. Ce n'est pas satisfaisant. Notre pays créé moins d'emplois que d'autres pays européens. Pour moi c'est ça le sujet. L'enjeu de cette réforme c'est de pouvoir améliorer l'accès à l'emploi, notamment en CDI, des personnes les plus fragiles dans notre pays".

 

Partenaires sociaux: contre le texte tel qu'il est actuellement

"Il y a actuellement des concertations avec l'ensemble des organisations syndicales et patronales pour apporter des améliorations à ce texte qui, je le rappelle, est un avant-projet. Il sera présenté en Conseil des ministres le 24 mars prochain. Ce temps de dialogue est nécessaire".

"J'étais hier au bureau national du Parti socialiste, nous avons eu trois heures de débat, un débat d'idées intéressant, constructif. Martine Aubry a eu des propositions constructives, notamment sur l'amélioration de la formation. C'est quelque chose que je partage aussi. Il y a des points d'améliorations. Mais je suis convaincue que notre pays a besoin de cette loi pour lutter contre cette précarité, contre ces recrutements en CDD. Ce n'est absolument pas intimident. Je n'ai de leçon à recevoir de personne. Je viens avec mon histoire, mon parcours personnel et aussi ma vision de la société aujourd'hui en 2015".

"Il faut que nous fassions des réformes à la mesure des attentes des Français. Il y a des discussions sur les modalités de deux mesures qui font débat qui sont celles relatives au licenciement".

"Il y a une réticence à embaucher en CDI parce qu'ils savent que quand ça se passe mal, les procédures au prud'hommes peuvent être lourdes. L'objectif est d'apporter un peu plus de prévisibilité et de clarté. Le barème n'est pas un barème au rabais. Il y a aussi un sujet d'équité qui est porté en direction des salariés. L'objectif c'est d'encourager au recrutement au CDI. 50% des CDD sont des CDD de moins d'une semaine et ceux qui subissent cette situation sont les jeunes".

 

Mobilisation des jeunes contre le projet de loi

"On fait un parallèle entre le CPE et ma loi. Ce n'est absolument pas la même chose. Tout jeune qui n'a pas eu accès à un premier niveau de qualification pourra avoir accès tout au long de sa vie à une formation: voilà ce que porte ma loi. Ce gouvernement, qui a régularisé la question des stages, qui a mis en place la prime d'activité, n'est pas là contre les jeunes mais il est là pour favoriser l'emploi durable".

"J'irai jusqu'au bout pour porter la réforme dans mon pays. Mon pays a besoin de cette réforme. Il y a des équilibres à trouver. Il faut que cette réforme puisse être adoptée". 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Myriam El Khomri était au micro de RTL ce mardi matin.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-